La victime du féminicide de la Plaine-sur-Mer avait déposé deux plaintes

© France Televisions
© France Televisions

De nouveaux éléments dans le féminicide qui s'est produit lundi 11 novembre à La Plaine-sur-Mer près de Pornic. Une femme et son ex-mari avaient été retrouvés morts. Elle avait déposé deux plaintes pour violences et menaces de mort.

Par Christophe Amouriaux

L'enquête avance dans la mort d'une femme âgée de 48 ans à La Plaine sur Mer. Le parquet de Saint-Nazaire a révélé vendredi que la victime avait déposé deux plaintes contre son ancien compagnon retrouvé mort par pendaison sur le même lieu. La première plainte pour des violences n'ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail avait été déposée le 28 août dernier. Une seconde plainte avait été enregistrée cette fois pour menaces de mort réitérées le 1er novembre. C'était dix jours avant les faits.

L'ex-concubin "vivait mal cette séparation"

D'après les premiers éléments recueillis par les enquêteurs, la victime a eu un échange téléphonique avec son ex-concubin avant le drame. Elle lui annonçait qu'elle quittait son domicile pour se rendre à La Plaine-sur-Mer. La procureure de la République de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde, a précisé qu'elle souhaitait "récupérer des clés oubliées dans leur ancienne résidence secondaire. D'après les premiers témoignages, [l'homme] vivait mal cette séparation et présentait une forte addiction à l'alcool, [il] avait manifestement saisi cette occasion pour rejoindre la victime".

Le couple vivait à Couëron, non loin de Nantes. Ils étaient séparés depuis deux ans. Ils laissent derrière eux trois enfants mineurs de 13, 16 et 17 ans. Ceux-ci n'étaient pas présents au moment des faits.
 

Protéger et mettre les femmes à l'abri


Co-fondatrice d'un collectif qui dénonce les violences faites aux femmes (Rafu), l'avocate nantaise Anne Bouillon a rappelé l'importance de la protection et de la mise à l'abri des femmes en danger. "Appelez le 39 19. Si vous êtes témoins de violences subies par une collègue, quelqu'un de votre famille, une voisine, glissez ce numéro de téléphone, le 39 19? Ca ne coûte pas cher et ça peut sauver des vies."

Retrouvez ci-dessous l'interview d'Anne Bouillon, des précisons sur le féminicide de la Plaine-sur-Mer, une carte des féminicides en France et dans le monde :

 

Sur le même sujet

Les + Lus