• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

Angers : un million de civelles lâchées dans la Maine

Un million de civelles lâchées dans la Maine / © France 3 Pays de la Loire
Un million de civelles lâchées dans la Maine / © France 3 Pays de la Loire

Pêchées, braconnées dans des conditions qui altèrent leur environnement, les anguilles sont depuis 30 ans malmenées dans la région. Pour perpétuer l'espèce, le comité des pêches des Pays de la Loire a procédé à un lâcher de civelles à Bouchemaine dans le Maine-et-Loire.

Par Céline Dupeyrat

Un million de civelles va donc être laché dans la Maine. Un réempoissonement nécéssaire à la préservation de l'espèce : "C'est la première fois que cette rivière est alevinée. D'autres cours d'eau l'ont déjà été en Loire-Atlantique et en Vendée" explique Alexis Pengrech, spécialiste de la pêche maritime et des élevages marins, "cette mission fait partie d' un plan national pour réintroduire l'anguille dans des habitats favorables à sa croissance et à son développement. Dans certains endroits de la région elle a complétement disparu".

Quarante points d'eau vont être desservis en deux jours, soit environ une dizaine de kilos de civelles déversées par station. Une opération délicate, il faut en effet couvrir la zone au maximum en disséminant les anguilles d'une manière homogène.

Scientifiques, techniciens, pêcheurs professionnels travaillent de concert. Pour qu'un plan d'alevinage soit parfaitement réalisé, il faut mobiliser tous les acteurs concernés . L'objectif étant d'obtenir des informations précises pour affiner les statistiques : "on fait une biométrie sur les anguilles et les civelles que l'on capture. Nous relevons la taille et le poids de tous les individus. Celà permet de retransmettre toutes ces données au gestionnaire du repeuplement en France", précise Jean-Benoît Hansmann, chargé d'études en hydrobiologie.

Dans les trois années à venir, des pêches expérimentales seront organisées pour tenter de retrouver les anguilles déversées. Ces experts pourront ensuite émettre une hypothèse de taux de survie, mesurer la croissance, le poids et le taux de parasitisme de ces animaux. L'occasion de voir si l'espèce évolue bien dans son nouvel habitat.

Notre reportage sur la Maine

 

Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus