Angers : un mineur remis en liberté dans l'affaire des coups de couteau à Avrillé en novembre 2020

L'information judiciaire ouverte à la suite de coups de couteau entre mineurs a désigné ce mineur comme "commanditaire" de l'expédition punitive du 13 novembre 2020. Il a demandé devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Angers, et obtenu, sa remise en liberté.

Le jeune mineur était âgé de 15 ans au moment des faits, mis en examen pour complicité de tentative d’assassinat, il a demandé à être remis en liberté. Sa demande a été entendue hier 8 septembre par la chambre de l'instruction, qui a décidé de le remettre en en liberté.

Rivalités d'adoslescents

Trois mineurs et un majeur sont visés par l'information judiciaire, après des faits de violences commis le 13 novembre devant le lycée Paul-Émile-Victor d’Avrillé (Maine-et-Loire). Le jeune homme avait été interpellé en juin dernier avec un autre mineur. Il est principalement suspecté d'avoir causé ou commandité l'agression de la victime des faits. Le second mineur est toujours incarcéré.

Les faits de violences avec couteau sont survenus sur fond de rivalités de quartiers, et font suite à une autre agression entre les mêmes adolescents. La victime du 13 novembre aurait été dans le rôle de l'agresseur un mois plus tôt contre les deux principaux protagonistes.

Bon élève

Libéré, le jeune mineur reste placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de contact avec les victimes, obligation de résider chez un membre de sa famille, et interdiction de se présenter dans le quartier de la Roseraie. Il est inconnu des services de police et fait figure de bon élève.

Le second mineur resté en détention, auteur présumé des coups de couteau, est défavorablement connu de la justice. Le procureur de la République d'Angers précise que des investigations sont toujours en cours.

Rappel des faits

Le lycéen victime de l'agression du 13 novembre présentait six blessures par arme blanche au niveau de l'épaule, de l'abdomen et de la cuisse. Une voiture s'était brutalement arrêtée pour lui couper la route. Trois personnes en étaient sorties, se ruant sur leur victime, l'aspergeant de gaz lacrymogène, la mettant au sol, pour la frapper et la blesser par arme blanche. Les agresseurs avaient ensuite pris la fuite. Domicilié à Angers, le jeune homme, âgé de 16 ans au moment des faits, était inconnu des services de police ou de justice,

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers