• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Battu à Dijon, le SCO regarde vers la coupe de France

Pierrick Capelle du SCO à la lutte avec le gardien dijonnais Baptiste Reynet / © Philippe Desmazes, AFP
Pierrick Capelle du SCO à la lutte avec le gardien dijonnais Baptiste Reynet / © Philippe Desmazes, AFP

Inexistants en première mi-temps, et menés 0/3 en Bourgogne, les angevins ont bien réagi en inscrivant deux buts en deuxième mi-temps, trop juste pour arracher le match nul. Les joueurs du SCO regardent maintenant vers mardi et la demi-finale de coupe de France disputée face à Guingamp.  

Par GS, avec AFP

Loïs Diony, auteur de deux buts et d'une passe décisive, a permis à Dijon, qui n'avait plus gagné depuis le 11 février, de renouer avec le succès en s'imposant sur son terrain aux dépens d'Angers (3-2), samedi lors de la 34e journée de Ligue 1.

Relégables au coup d'envoi, les Bourguignons sont désormais 18es et barragistes avec 32 points alors que le SCO reste 14e (39 pts).

En seulement seize minutes, le promu dijonnais avait bien commencé la partie et avait su se procurer un avantage substantiel de deux buts. Loïs Diony, en reprenant en extension au premier poteau un centre d'Oussama Haddadi (1-0, 5e), puis en offrant à Pierre Lees-Melou un centre parfait que le milieu de terrain convertissait de la tête (2-0, 16e), avait placé son équipe dans une position idéale.
Juste avant la mi-temps, Diony, homme du match côté DFCO, portait le score à 3-0 après avoir éliminé le gardien angevin, Alexandre Letellier à la suite d'une ouverture de Frédéric Sammaritano (43e).

Le DFCO allait pourtant se mettre en difficulté en concédant deux buts en l'espace de trois minutes.
Fouad Chafik concédait un penalty en accrochant Dhiédhiou et Thomas Mangani se chargeait de le transformer (3-1, 67e).
Puis Karl Toko Ekambi, sur un service de Jonathan Bamba sur le côté droit, trompait Reynet dans un angle pourtant assez fermé (3-2, 70e).
Malgré quelques offnsives angevines, Dijon parvenait à conserver sa courte avance.

Stéphane Moulin, entraîneur d'Angers, après le match

 "Nous avons été punis en première période, car nous sommes sortis de notre registre. J'ai dit des
choses à la mi-temps aux joueurs. Il faut leur demander s'ils avaient la tête à Dijon en première période. Si on refait la même chose mardi en demi-finale de Coupe de France face à Guingamp, nos espoirs de voir le Stade de France sont minces.
En revanche, j'ai apprécié la réaction de l'équipe après la pause. Mais le résultat est logique."

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus