• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Ligue 1 : Angers SCO offre le maintien à Marseille (0-1)

Michy Batshuayi est le seul buteur de la rencontre Angers SCO - OM, le 1er mai 2016. / © Josselin CLAIR / MAXPPP
Michy Batshuayi est le seul buteur de la rencontre Angers SCO - OM, le 1er mai 2016. / © Josselin CLAIR / MAXPPP

Les Angevins ont été défaits sur leur propre terrain par l'Olympique de Marseille grâce à un but de Michy Batshuayi. Les Olympiens, avec cette victoire, se maintiennent en Ligue 1.

Par Valentin Gaborieau avec AFP

En gagnant sur le terrain du SCO, Marseille a définitivement écarté le spectre d'une relégation en gagnant pour la première fois en 12 matches (1-0), dimanche, en clôture de la 36e journée de Ligue 1.

Il s'agit donc pour les Olympiens de leur premier succès depuis le 2 février, et une victoire à Montpellier (1-0). Marseille empoche trois points qui portent son total à 44 unités, hors de portée de Reims (36) à deux journées de la fin de saison, des Rémois premiers relégables et prochains adversaires de l'OM au Vélodrome.

Pour Angers cette défaite a peu de conséquences, puisque le promu est confortablement installé à la 8e place, avec 50 points. Organisés en 4-4-2, avec un milieu composé d'Abdelaziz Barrada et du jeune Franck Zambo Aguissa (20 ans) - préféré dans l'axe à Lucas Silva ou Lassana Diarra, insuffisamment remis -, de Romain Alessandrini et Florian Thauvin sur les côtés, Marseille a livré une prestation solide à défaut d'être enthousiasmante.

Avec le danger constant que représente le Belge Michy Batshuayi, associé à Steven Fletcher en attaque, les Phocéens se sont montrés les plus percutants offensivement. Il leur a suffi un but de Batshuayi, son 16e de la saison, pour venir à bout du SCO qui a globalement eu la maîtrise du ballon mais sans réussir à vraiment se montrer dangereux.

Sur une belle ouverture de Fletcher, prolongée par Thauvin, l'avant-centre Marseillais a trompé Alexandre Letellier d'une frappe croisée (0-1, 24e). Batshuayi aurait pu étoffer encore son bilan s'il avait repris un centre parfait de Barrada, alors qu'il était tout seul à six mètres du but (10e) ou si sa frappe du gauche à ras de terre à l'entrée de la surface n'avait pas frôlé l'extérieur du poteau gauche de Letellier (42e).

Il aurait aussi pu donner de l'air à son équipe s'il n'avait pas perdu son un-contre-un face au gardien angevin, après une nouvelle déviation astucieuse de Fletcher (58e).

Faute d'un deuxième but, Marseille a tremblé jusqu'au bout. Dès la 2e minute, une tête de Mohamed Yattara, idéalement servi par Gilles Sunu, avait raté de peu le cadre de Steve Mandanda, tout comme une tête de Cheikh Ndoye à la 29e. Un centre tir d'Arnold Bouka-Moutou et un tir lointain de Pierrick Capelle, qui ont frôlé la barre transversale, ont également donné des frissons aux Marseillais.

Mais Angers peut surtout regretter que Billy Ketkeophomphone, idéalement servi par Capelle dans la surface, ait totalement raté sa reprise (77e) seul face au but.

Les équipes

Angers : Letellier - Andreu (Angoula 56), Saiss, Thomas, Bouka Moutou - Mangani, Bourillon (Capelle 63), Ndoye (cap) - Sunu (Benrahma 73), Yattara, Ketkeophomphone.

Marseille : Mandanda (cap) - Manquillo, Nkoulou, Rekik, Mendy - Thauvin (Sarr 78), Zambo Anguissa, Barrada (Cabella 72), Alessandrini (L. Diarra 65) - Batshuayi, S. Fletcher.

Les déclarations à l'issue de la rencontre

Stéphane Moulin (entraîneur d'Angers) :

"On a eu du mal. On savait que Marseille à l'extérieur c'est pas du gâteau. Il vaut mieux les jouer chez eux. On a eu une équipe (en face), à la différence de d'habitude, en ce qui concerne l'OM, qui était très bien structurée, bien disciplinée, bien organisée, rigoureuse, c'est des mots qu'ils n'ont pas employés beaucoup ces derniers temps. Si on ajoute à ça le talent qu'on leur connaît et l'expérience qu'ils ont, ça faisait trop ce soir pour nous. Mais je n'en veux pas à mes joueurs, je savais que le match de Lille (mercredi) allait compter. Inévitablement on a été un peu en-deçà ce soir, même si on a beaucoup essayé. On a peu réussi parfois par manque de justesse technique. À la 36e rencontre, il faut savoir accepter ce verdict-là même si on a tout fait pour que ce soit différent. On ne va pas pleurer parce qu'on a perdu 1-0 contre Marseille. On est 8e, il faut relativiser".

Franck Passi (entraîneur de Marseille) :

"J'ai jamais perdu confiance en mes joueurs, je savais qu'ils feraient le job jusqu'au bout. Après il est vrai que lorsqu'on a les points, ça va tranquilliser un petit peu le club et tout son entourage. La première mi-temps était bien contrôlée. Il nous a manqué de marquer ce deuxième but pour être plus tranquilles. Après on a été un peu anxieux à partir du milieu de la deuxième mi-temps. C'est vraiment dommage qu'on ne réussisse pas à marquer avant, cela nous aurait peut-être permis de nous libérer encore plus. Les joueurs ont pris conscience qu'il fallait vraiment changer et être beaucoup mieux dans les matches. On a vu un bloc, on a vu une équipe et c'est ce qu'il fallait".

Avec AFP.

Sur le même sujet

Dimanche en Politique avec Jérôme Fourquet, auteur de "L'archipel français"

Les + Lus