Maine-et-Loire : moins de pommes cet automne après le gel du printemps

Les vergers de Maine-et-Loire montrent des arbres sans pommes, ou aux fruits plus petits ou tachés, conséquences du gel du printemps dernier. La récolte est estimée aux deux tiers d'une année normale. Pour autant, les prix ne devraient pas s'envoler indiquent les professionnels.
Conséquence du gel du printemps, nombre de pommes des vergers de Maine-et-Loire présentent des défauts d'aspect qui vont les rendre impropres à la vente au détail
Conséquence du gel du printemps, nombre de pommes des vergers de Maine-et-Loire présentent des défauts d'aspect qui vont les rendre impropres à la vente au détail © France Télévisions

 

Moins de pommes dans les vergers de l'Anjou cet automne. La récolte baisse de 30% environ selon les coteaux et les variétés de pommes. Tous les producteurs n'ont pas subi le gel du printemps de la même manière en fonction de la situation géographique de leurs plantations, et toutes les variétés de pommes ne réagissent pas de la même manière. Les Pink Lady et les Gala, variétés à floraison précoce ont plus souffert du gel que les variétés à floraison plus tardive.

Chez Nicolas Hervé arboriculteur à Noyant-Villages, la plupart des pommiers montrent des trous de production. "On a une production très hétérogène, des arbres sans fruits que ce soit à la branche ou l'arbre. C'est lié au stade végétatif à l'époque du gel. On retrouve beaucoup de défauts qualitatifs et des fruits plus petits".

Ces pommes "moches", impropres à la vente au détail seront vendues à l'industrie, pour être transformées en compotes ou en jus de fruits. Inconvénient pour le pomiculteur, ces pommes déclassées seront payées le quart du prix normal.

Pas d'affolement sur les prix

Les prix ne devraient pas varier pour le consommateur. Seuls les vergers français ou italiens ont eu à souffrir du gel. Ailleurs les récoltes sont prometteuses, notamment en Pologne, avec une surproduction estimée à 20%. Les prix sont fixés au niveau européen et devraient rester sensiblement stables.

Au marché de Rezé en Loire-Atlantique le prix des premières pommes ne reflète pas les conséquences du gel du printemps
Au marché de Rezé en Loire-Atlantique le prix des premières pommes ne reflète pas les conséquences du gel du printemps © Christophe Turgis

"La récolte des pommes ne fait que commencer", indique un producteur et vendeur sur le marché de Rezé en Loire-Atlantique.

Les plus belles, la variété Akane d'un rouge et jaune éclatants, et aussi les plus chères, issues de l'agriculture bio, sont à 4,40 € le kilo, elles proviennent du Vaucluse. Les pommes locales Drap d'Or, de Sainte-Pazanne en Loire-Atlantique, à l'esthétique plus "rustique" destinée sà la fabrication de compote maison, sont à 2,20 €. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation agriculture économie