Maine-et-Loire : Christiane lambert présidente de la FNSEA salue le blocage de l'accord UE-Mercosur par la France

© Thomas Padilla/MAXPPP
© Thomas Padilla/MAXPPP

Christiane Lambert, présidente du premier syndicat agricole français, la FNSEA, a salué ce samedi, en Maine-et-Loire, le blocage par Emmanuel Macron du traité commercial controversé entre l'Union européenne et le Mercosur, sur fond de discorde environnementale avec le Brésil.

Par Céline Dupeyrat

Le président français Emmanuel Macron a accusé ce vendredi 23 août son homologue brésilien Jair Bolsonaro d'avoir "menti" sur ses engagements en faveur de l'environnement et a annoncé que "dans ces conditions, la France s'opposait au traité de libre échange controversé UE-Mercosur".

Présente en Maine et-Loire, ce samedi 24 août, sur son exploitation de Bouillé-Ménard dans le Maine-et-Loire, Christiane Lambert, présidente du premier syndicat agricole français a tenu a salué l'annonce présidentielle.

" C'est un sursaut, nous saluons cette décision. J'entends aussi que certains pays commencent à dire mais non mais non, il ne faut pas! A la FNSEA nous avons toujours été clairs. C'est donner en pâture l'agriculture et la mettre en confrontation avec des pays qui ne respectent absolument pas les mêmes régles ", a déclaré Christiane Lambert.

Le Mercosur est un mauvais accord pour l'agriculture et notamment pour la viande bovine, pour la viande de voaille et pour l'éthanol. Nous l'avons toujours dit. Nous avons réagi fermement à l'annonce de fin juin. Nous avons décidé de tout mettre en oeuvre, dans le temps imparti, pour démontrer que cet accord n'est pas un bon accord. Il y avait un avant-goût avec le Ceta et le Mercosur, c'est pire encore, dix fois pire. Donc je salue la réaction d'Emmanuel Macron-Chrisitane Lambert


  
L'accord de libre échange entre l'UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), signé fin juin après 20 ans de tractations, est très critiqué, notamment par le secteur agricole ou les écologistes.

La France avait conditionné sa validation au respect par le Brésil de certains engagements environnementaux qui avaient été notamment discutés pendant le sommet d'Osaka (Japon) du G20, instance dont est membre le Brésil. 
 

Sur le même sujet

Chasse : les sangliers de la discorde

Les + Lus