Cet article date de plus de 3 ans

Lactalis : les excuses d'Emmanuel Besnier

2 mois après le début du scandale du lait infantile contaminé, Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis s'excuse, dans une lettre ouverte, auprès des familles concernées.
Quelques lignes, en caractères gras, au pied d'une longue explication sur les causes de la crise.... Pour la première fois depuis la contamination des poudres infantiles aux salmonelles, Emmanuel Besnier, le PDG de Lactalis, s'adresse aux familles des victimes, dans une lettre ouverte.

"Auprès des familles concernées et de nos consommateurs, tout d'abord : je vous présente mes plus sincères excuses. Toute l’entreprise, moi le premier, sommes mobilisés vers un objectif commun : réparer et améliorer ce qui doit nécessairement l’être et restaurer la confiance entre vous et nous."

Alors que les premiers rappels de boîtes de lait infantile remontent au 08 décembre, Emmanuel Besnier est longtemps resté invisible, laissant la communication de crise à son porte-parole, Michel Nalet.

Mercredi, le PDG de Lactalis était pour la deuxième fois sorti de son silence, le temps d'un entretien paru dans les Echos, qui évoquait notamment, sa décision de fermer la tour de séchage numéro un du site de Craon, contaminée aux salmonelles.


Reclasser les salariés de Craon


Dans cette lettre ouverte, Emmanuel Besnier réaffirme le souhait que cette fermeture ne s'accompagne pas de suppressions de postes : "Sur le plan social concernant le site de Craon, nous ferons tout ce qui est nécessaire pour que les salariés concernés puissent bénéficier d’une proposition de mobilité dans l’un des sept sites industriels et logistiques du Groupe situés dans un rayon de 50 km."

Le PDG évoque enfin "la mobilisation et l’engagement de l’ensemble des collaborateurs du Groupe, des salariés du site de Craon pendant une période de plusieurs semaines de traitement médiatique, qui a profondément impacté la plupart de nos collaborateurs."

Mais pas un mot pour les producteurs de lait, qui craignent à la fois une baisse des volumes de collecte, et du niveau de rémunération.

Plus de 200 enfants malades


Emmanuel Besnier, qui refuse de publier les comptes de l'entreprise, a indiqué aux Echos que la crise coûterait plusieurs centaines de milliers d'euros. Mi-janvier, les 12 millions de boîtes de lait infantile sorties de l'usine de Craon ont été retirées du marché.

Cependant, le PDG de Lactalis souhaite relancer ses marques, Milumel et Picot : "Cela prendra du temps, mais je ne pense pas qu'elles soient durablement affectées" a-t-il affirmé dans l'entretien publié par les Echos.

La même souche de salmonelle était à l'origine de l'épidémie de 2005, qui avait rendu contaminé 146 nourrissons. Celle de 2017 a touché 37 bébés en France, deux autres en Espagne et en Grèce.

       

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lactalis économie entreprises polémique société santé agro-alimentaire agriculture