Mayenne : mobilisation en soutien à Ivan, jeune Albanais menacé d'expulsion

Ivan est un jeune albanais âgé de  22 ans menacé d'expulsion. Pourtant ce jeune homme présente un dossier d'intégration exemplaire avec plusieurs diplômes. Sa famille est toujours à Mayenne en situation régulière. Il ne s'est pas présenté à la gendarmerie où il était convoqué.

Ses propres parents et son petit frêre sont en situation régulière mais lui est donc désormais clandestin.

Un paradoxe incrompréhensible pour les soutiens d'Ivan, qui se sont rassemblés une nouvelle fois lundi 13 janvier à Mayenne.

Et une véritable injustice pour ses anciens camarades du lycée lavallois où il a obtenu 2 diplômes.

"Il avait fait deux CAP, il avait travaillé et apparemment c'était un bon élève qui était accepté de tout le monde", explique l'un d'entre eux.

Yann Coadour, professeur d'EPS Lycée professionnel Gaston Lesnard, a eu Ivan pour élève.

Il insiste, quant à lui, sur la personnalité d'un élève qui a fait l'unanimité en 4 années passées au lycée.

"C'est quelqu'un qui s'est toujours investi. Il a été délégué dans toutes les classes où il a été " insiste-t-il, "il a été représentant des élèves au conseil d'administration, il a été président-élève de l'association sportive" conclut Yann Coadour.

Sans oublier des rapports de stage toujours excellents de la part des entreprises.

Alors ils étaient environ 150 à manifester devant la préfecture pour tenter d'éviter cette expulsion.

Pour Pascale Lauret, de l'Association « Réseau Éducation Sans Frontières », "c'est aussi incompréhensible puisque les parents ont les papiers".

Une petite délégation est ensuite reçue par le représentant du préfet. Avec, à la sortie, une mauvaise nouvelle.

"La préfecture ne pouvait plus rien faire pour régulariser la situation" explique au mégaphone Yann Coadour.

Richard Mir, secrétaire général de la Préfecture de Mayenne quant à lui détaille, "On regarde aussi si la personne peut avoir un droit au titre de l'asile, c'est d'ailleurs ce qui a motivé la venue de cette famille en France".

"Mais l'OFPRA qui est un établissement indépendant et la Cour Nationale du droit d'asile qui est une juridiction n'ont pas reconnu le statut de réfugié à cette famille".

Seule solution, qu'Yvan retourne en Albanie et demande un visa de longue durée à la France.

Rien ne dit cependant que les autorités albanaises lui accordent un permis de sortie.
 

> Le reportage de notre rédaction 

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité