Mer : feu éteint à bord du RCC Passion, le navire fait route vers Brest

L'Abeille Liberté basée à Cherbourg est comme l'Abeille Bourbon, basée à Brest : un remorqueur d'intervention, d'assistance spécialisé. Il est réquisitionné par le Préfet Maritime. / © Loïc Bernardin Marine Nationale
L'Abeille Liberté basée à Cherbourg est comme l'Abeille Bourbon, basée à Brest : un remorqueur d'intervention, d'assistance spécialisé. Il est réquisitionné par le Préfet Maritime. / © Loïc Bernardin Marine Nationale

Confronté à un incendie depuis dimanche 1er décembre, le navire roulier RCC Passion a retrouvé sa propulsion et remis en route. Il fait actuellement route vers Brest pour une intervention technique. Les secours en mer ont été coordonnées par le CROSS Corsen et déployés par la Préfecture Maritime.

Par Christophe François

Feu éteint à bord du navire « RCC Passion ». C'est la principale information en provenance de la Préfecture Maritime de Brest concernant ce bateau de commerce confronté depuis dimanche 1er décembre à un incendie à bord.

Ce navire roulier, battant pavillon des Bahamas, parti du Havre et se rendant à Fort de France avec 2195 véhicules et 19 membres d'équipage à son bord fait désormais route vers Brest.

Il a pu retrouver la disponibilité de sa propulsion vers 1h du matin, a remis en route et se dirige vers Brest où il est attendu au port de commerce vers 16h30, pour une intervention technique.
 
L'incendie survenu dimanche 1er décembre en salle des machines a déclenché l'intervention d'importants moyens de secours sur réquisition de la Préfecture Maritime.

Coordonnés par le CROSS Corsen, le Remorqueur d’Intervention et d’Assistance Spécialisé (RIAS) « Abeille Bourbon » et l’Equipe d’Evaluation et d’Intervention (EEI). Cette unité composée de 12 personnes dont 10 marins pompiers a été déployée en deux vagues par un hélicoptère Caïman de la Marine Nationale.

Le lundi 2 décembre, à 02h00, l’EEI confirme aux autorités maritimes l’extinction de l’incendie et l’absence de blessé à bord. La présence importante de fumées dans le compartiment machines a nécessité la ventilation des locaux avant de pouvoir entreprendre leur nettoyage et des réparations de fortune en mer.

Le RCC Passion est donc sorti d'affaire, sans victime, sans faire naufrage.

 

Un incendie qui en rappelle un autre



Le feu à bord d'un bateau, quelle que soit sa taille, est un risque majeur pour le navire et son équipage. Le vent, renforcé par la vitesse de l'embarcation génère une accélération du foyer qui peut rapidement se propager dans d'autres compartiments. Si la propulsion est touchée, le navire n'est plus manoeuvrant et se retrouve encore plus soumis aux éléments extérieurs.

Un tel phénomène s'était produit voilà quelques mois avec de graves conséquences puisque le Grande America, un autre navire de type roulier,  avait fini par couler suite à un incendie à bord qui avait duré plusieurs jours avant d'avoir raison de ce bateau le 12 mars dernier.
Le Grande America contenait lors de son naufrage 2 000t de pétrole ainsi que plusieurs dizaines de conteneurs de matières dangereuses.

Le naufrage s'est produit dans le Golfe de Gascogne, on avait alors craint une marée noire en Aquitaine, Bretagne ou Pays de la Loire.

 
Le Remorqueur d'Assistance d'Intervention et de Secours ''Abeille Bourbon'', basé à Brest, est intervenu lors de l'incendie du cargo Grande America en avril 2019. Le feu a eu raison du navire qui a coulé avec 2 000 t de fuel à bord ainsi que des matières dangereuses / © Loïc Bernardin Marine Nationale
Le Remorqueur d'Assistance d'Intervention et de Secours ''Abeille Bourbon'', basé à Brest, est intervenu lors de l'incendie du cargo Grande America en avril 2019. Le feu a eu raison du navire qui a coulé avec 2 000 t de fuel à bord ainsi que des matières dangereuses / © Loïc Bernardin Marine Nationale

 
 

 
 

Sur le même sujet

Les + Lus