• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Migrants : Le Département et l'Association des maires de Vendée appellent à un accueil digne et responsable

© MaxPPP / Lukasz Dejnarowicz
© MaxPPP / Lukasz Dejnarowicz

A l'heure où la France accueille ses premiers réfugiés, le département de la Vendée et l'Association des Maires et Présidents de Communautés de Vendée se déclarent prêts à accueillir des réfugiés mais pas n'importe comment et pas dans n'importe quelles conditions...

Par éric guillaud avec AFP

La générosité des Vendéens doit s s'accompagner de la fermeté de l'Etat.


C'est en ces termes sans ambiguité que débute le communiqué de presse signé conjointement par le Président du Conseil Départemental de la Vendée, Yves Auvinet, et la Présidente de l'Association des Maires et Présidents de Communautés de Vendée, Anne Marie Coulon.

Et de rappeler que "le département et les communes vendéennes ont toujours placé la solidarité, et notamment la solidarité internationale, au coeur de leurs actions ; parce que la générosité est une valeur profondément enracinée dans le tempérament et dans le coeur des Vendéens, nous sommes prêts à accueillir des réfugiés. Mais pas n'importe comment et pas dans n'importe quelles conditions".

Un accueil digne et responsable

Yves Auvinet et Anne Marie Coulon réclament un accueil digne et responsable. Digne "car il ne peut se limiter à un élan du coeur". Responsable "car cette solution ne peut être une solution durable. D’abord parce que ces réfugiés, qui sont aujourd’hui confrontés au drame du déracinement, doivent pouvoir, dès que possible, retourner dans les territoires qu’ils ont quittés. Leurs pays ont besoin d’eux. Et c’est au Gouvernement Français et à l’Europe de mettre en place une nouvelle stratégie diplomatique et militaire pour pacifier ces pays. Il faut traiter les causes et pas seulement les conséquences".

Le point de vue de l'Association des maires des grandes villes de France


De son côté, l'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) s'est dite prête mercredi à prendre sa "juste part" dans l'accueil de réfugiés, si l'État respecte "un certain nombre de conditions". L'AMGVF, qui participera à la rencontre organisée samedi par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avec les élus locaux, veut que l'État mette en place "un plan national d'accueil", qu'il "détermine un certain nombre de moyens pour que l'accueil soit durable", qu'il prenne en compte "la très grande diversité des situations locales" et qu'il "respecte le volontariat des maires".

Parmi les réactions des maires de grandes villes de France, Jean-Claude Boulard, maire PS du Mans, a témoigné de la difficulté, du fait "des lenteurs administratives" françaises, à faire venir dans sa ville depuis six mois 35 Syriens réfugiés à Damas, alors même qu'il compte dans son hôpital "beaucoup de médecins d'origine libanaise ou syrienne" prêts à les accueillir.




A lire aussi

Sur le même sujet

artOtech à Saint-Nazaire avec Ninon Brétécher, comédienne et metteure en scène

Les + Lus