Pays de la Loire : une journée de mobilisation pour déconfiner la culture à Saint-Nazaire, Angers et Laval

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Calcagni avec Christophe François

En cette veille du printemps les actions pour réclamer la réouverture des lieux culturels dans le respect des gestes barrières se multiplient dans la région. Il s'agit d'une journée nationale de mobilisation à l'initiative du Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles.

Entre la salle de concert le VIP situé sous la base sous-marine, le cinéma Cinéville situé juste de l'autre côté de la route et le Théâtre distant de quelques dizaines de mètres c'est une partie de la culture nazairienne qui s'est mobilisée ce samedi 20 mars pour réclamer sa réouverture.

En début d'après-midi un rassemblement a eu lieu devant l'alvéole du VIP.

De la musique sort de la salle de concerts mais un grand ruban barre l'accès aux spectateurs.

"C'est à l'image de ce qu'on vit depuis plusieurs mois" déclare Chloé Le Bail, la présidente de l'association Les Escales qui gère le VIP et le festival du même nom.

"La nuit doit revoir le jour" proclame le communiqué de l'association.

"On a des espaces pour ça à Saint-Nazaire" renchérit Chloé Le Bail.

"L'année dernière on avait organisé en plein air les concerts Panorama sur le toit de la base sous-marine. Des concerts assis, par table, sous protocole"

"Les études internationales montrent que le plein air c'est l'espace "safe". C'est vers ça qu'on part pour faire vivre l'esprit du festival Les escales cet été" conclut-elle.

De l'autre côté de la route le cinéma Cinéville a décidé de maintenir sa vente d'affiches récentes à l'initiative de sa directrice Séverine Avignon.

Comme tous les trois mois plusieurs dizaines de cinéphiles ont fait la queue dans le respect des gestes barrières devant le cinéma.

Les affiches roulées étaient proposées à la vente devant l'entrée du complexe cinématographique.

Les messages de soutien des spectateurs à leur salle postée sur les réseaux sociaux étaient affichés sur les vitres du cinéma.

"Le Printemps est inexorable", la citation du poète Pablo Nerruda faite par la Ministre de la culture est devenue l'emblème de la lutte du secteur culturel pour une reprise progressive de son activité et des mesures d'accompagnement en attendant le retout à des jauges normales.

Elle fleurit sur de nombreuses salles ou à la devanture des théâtres comme à celui de Saint-Nazaire, scène nationale occupée depuis mardi 16 mars par des acteurs culturels.

"Une année que nous sommes maintenus dans le flou et l’incompréhension la plus totale, malgré les propositions de protocoles sanitaires renforcés et les études prouvant qu’il est moins dangereux de se rendre au théâtre, au cinéma ou dans un musée, que d’aller au supermarché" expliquent les responsables du Théâtre Simone Veil.

Actuellement les spectacles sont annulés au moins jusqu'au 24 mars.

Seules quelques compagnies sont accueillies au sein de la Scène Nationale pour des résidences de création (4 compagnies régionales pour le mois de mars).

L'art veut vivre à Angers

A Angers la mobiliation s'est déroulée au Quai à partir de 13h ce samedi 20 mars.

Le Quai, qui accueille en son sein le  Centre National d'Art Dramatique des Pays de la Loire, est occupé depuis le 12 mars par une vingtaine d'étudiants du Conservatoire.

Ils y organisent des ateliers et des conférences en essayant de mobiliser les artistes et techniciens du Maine-et-Loire autour de leur mouvement.

Un cortège se dirigera ensuite vers le Grand Théâtre Place du Ralliement pour symboliquement former une file d'attente virtuelle.

Le collectif d'artistes de rue angevins "la culture contre attaque" appelle également ce samedi 20 mars à une "déambulation burlesque" en centre ville d'Angers, "pour crier haut et drôle notre envie de reprise de la vie culturelle" dit le collectif dans son appel.

Rendez-nous nos scènes à Laval

A Laval c'est à l’initiative du Théâtre de Laval, de la scène Nationale Le Carré à Château Gontier et de l'association Poc Pok ( qui gère la salle de musiques actuelles le 6PAR4 et le festival Les 3 Eléphants) que la mobilisation s'organise.

Là aussi c'est autour du Théâtre occupé par des artistes et techniciens intermmittents que se concentre le rassemblement prévu toute la journée.

D'autres mobilisations se déroulent également au Grand R, Scène Nationale de La Roche sur Yon et au Théâtre Graslin à Nantes, deux autres lieux occupés par les artistes et techniciens qui réclament le déconfinement des lieux culturels.