• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Allonnes : opération “usine morte” chez TE Connectivity

Ci-gît l'usine d'Allonnes et ses 162 emplois, selon les salariés du groupe américain TE Connectivity / © Yann Ledos / France 3 Maine
Ci-gît l'usine d'Allonnes et ses 162 emplois, selon les salariés du groupe américain TE Connectivity / © Yann Ledos / France 3 Maine

Un site industriel fantôme, voilà le symbole que veulent envoyer les syndicats alors que le groupe américain, engagé dans un Plan de sauvegarde de l'emploi prévoyant 140 licenciements, a annoncé ce mardi qu'il pourrait finalement conserver 85 emplois sur Allonnes. Les salariés sont dans le flou.

Par Yann Ledos

Début janvier, l'annonce avait eu l'effet d'un coup de fouet : l'usine d'Allonnes, présente depuis plus de cinquante ans sur le territoire, allait se séparer de près de 140 salariés sur 160.

Une partie de la production devait alors être délocalisée en Pologne et au Texas.

Les arguments économiques évoqués par le groupe américain, propriétaire de l'entreprise sarthoise spécialisée dans les transmissions électroniques, faisaient état d'une forte baisse de la demande dans le secteur off-shore, celui des plateformes de forage pétrolier.

Bronca des élus locaux et des syndicats, alerte au niveau du gouvernement et soudain, retournement de situation : ce n'est finalement plus le secteur off-shore qui peine, mais celui du ferroviaire... 

Les salariés dudit secteur ne seraient donc plus menacés, la direction a annoncé le maintien de 80 postes dans cette branche, soudain redevenue rentable.

De quoi en perdre son latin et s'interroger sur le motif économique de ce PSE. C'est en tout cas la question que se posent les élus CGT de l'entreprise qui attendent avec impatience le volet 2 de ce plan social, qui doit motiver le manque de rentabilité du site sarthois.

Les salariés et les syndicats devraient en savoir plus à la mi-mars, lors de la prochaine réunion avec la direction.

D'ici là, la CGT promet de bloquer les entrées et les sorties de l'usine de la zone du Monné, et ce au moins jusqu'à vendredi.

A lire aussi

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus