Covid-19 en Pays de la Loire : thés dansants, voyages, quand les activités des séniors finissent en clusters

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Quentin
Thé dansant du 1er janvier au Lutécia, à Sens de Bretagne (35)
Thé dansant du 1er janvier au Lutécia, à Sens de Bretagne (35) © M.Villaverde

Le virus n'a pas disparu souligne l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire qui rappelle l'importance des gestes barrières.

"Une situation à vigilance accrue", c'est ainsi que l'ARS des Pays de la Loire qualifie la situation actuelle dans cette région. "Le virus qui n'a jamais disparu recommence à gagner du terrain" a prévenu Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'Agence Régionale de Santé.

C'est chez les plus âgés que ce nouveau rebond de l'épidémie se constate avec un taux d'incidence de 88 cas testés positifs pour 100 000 habitants sur une semaine. C'est le taux le plus important de France métropolitaine.

Recul des gestes barrières

"On constate un relâchement très net des gestes barrières", regrette Jean-Jacques Coiplet qui note que le taux d'hospitalisation a fortement augmenté en quelques jours dans la région, passant de 130 à 180.

Confirmant cette tendance, le Dr Pierre Blaise, le médecin épidémiologiste de l'ARS, précise cependant qu'il n'y a pas de pression à ce jour sur le système de soin en Pays de la Loire "mais on n'avait quasiment plus personne en réanimation, dit-il, alors qu'on en compte 41 (ce 21 octobre)."

Thé dansants, voyages

Concernant les clusters (19 actifs en Pays de la Loire), on en identifie dans des réunions de type thé dansant "des activités de retraités qui se transforment en clusters" note le Dr Blaise. qui confirme que les plus de 65 ans sont aujourd'hui à l'origine de ce "redémarrage"

Ceux-là même qui se sont protégés, vaccinés, sont donc en première ligne aujourd'hui du fait du relâchement dans les attitudes, ces fameux gestes barrières. Ce ne sont plus les étudiants fêtards du début de l'épidémie qui sont pointés mais les retraités noceurs qui retrouvent une activité sociale en se pensant, à tort, à l'abri.

Dans les réunions festives mais aussi dans les bus, lors de voyage. On a ainsi constaté un cluster dans un bus parti de la Sarthe vers le sud de la France.

"Les vaccins n'empêchent pas d'être infectés ni de transmettre" rappelle-t-on à l'ARS qui invite les plus de 65 ans à se vacciner aussi contre la grippe pour "éviter de rajouter une épidémie à l'épidémie. Il faut respecter les gestes barrières, éviter les rassemblements, aérer les lieux fermés et porter un masque."

Le cluster de l'hôpital de Laval est considéré comme maîtrisé, aucun cas nouveau n'ayant été signalé depuis une semaine.

Manque de vaccination chez les plus de 80 ans

Concernant la couverture vaccinale, elle progresse peu et on note une faiblesse de cette vaccination chez les plus de 80 ans. Ils sont 40 000 en Pays de la Loire dont le schéma vaccinal (2ème vaccination) n'est pas encore complet. "A plus de 85 ans, rappelle le Dr Benoît James, directeur Covid de l’ARS, le risque d'hospitalisation est 8 fois plus important qu'entre 40 et 44 ans."

Les personnes hospitalisées en réanimation ont en majorité entre 75 et 84 ans.

16 interdictions d'exercer

Si le taux de vaccination chez les professionnels de santé est l'un des plus élevés de France, en Pays de la Loire, l'ARS a tout de même envoyé cette semaine 16 courriers signifiant à leur destinataire leur interdiction d'exercer.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.