Sarthe : au Lude, la mairie lance un sondage pour trouver une utilité à l'ex-site Candia

La fermeture de Candia, en 2014, laisse un vide béant dans le centre-ville du Lude (Sarthe). Propriété de la communauté de communes, une moitié du site intéresse un repreneur qui souhaite y implanter un data-center. Pour prendre sa décision, la Mairie lance une consultation auprès des habitants.

À droite, l'une des moitiés du site ex-Candia du Lude a été rasée pour accueillir une gendarmerie. Les bâtiments de l'autre moitié, à gauche, intéressent un repreneur.
À droite, l'une des moitiés du site ex-Candia du Lude a été rasée pour accueillir une gendarmerie. Les bâtiments de l'autre moitié, à gauche, intéressent un repreneur. © Google Streetview

Au Lude, une vaste friche industrielle occupe depuis sept ans les rives du Loir. Dans cette petite ville du sud de la Sarthe, la fermeture du site Candia en 2014 a non seulement supprimé près de 200 emplois mais aussi laissé un trou béant en plein cœur de la commune, à deux pas du château Renaissance.

Si une moitié du site industriel a été rasée pour laisser prochainement place à une gendarmerie flambant neuve, l'autre moitié, encore bâtie, intéresse sérieusement un repreneur. Celui-ci, le promoteur immobilier BT Immo, pense y implanter un centre logistique et un data-center. Propriétaire du site, la communauté de communes du Sud-Sarthe a présenté le compromis de vente, qu'elle compte finaliser dès avril.

Les Ludois ont la parole

Mais avant d'adouber cet accord déjà bien parti, la maire (DVD) du Lude a son mot à dire. Béatrice Latouche tient à consulter ses administrés avant de rendre sa décision : après le traumatisme causé par la fermeture de l'usine, elle estime que les Ludois ont un droit de regard sur son réaménagement. Voudront-ils d'un nouveau site industriel à deux pas du château et du camping, sur les bords du Loir en pleine restructuration ?

Si vous habitez Le Lude et souhaitez donner votre avis sur l'avenir du site ex-Candia, rendez-vous sur le site de la commune à partir du 22 mars. Le sondage est prévu pour durer un mois.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
industrie économie patrimoine culture