Le Mans : l'organisateur des 24H vélo envoie une lettre ouverte au préfet

Alors que des épreuves sont annulées, que d'autres se tiennent à huis clos, l'autorisation accordée par le préfet de la Sarthe au club de football du Mans FC d'accueillir 5 000 spectateurs au MMArena a fait bondir le président du Mans Sarthe Vélo, organisateur malheureux des 24H vélo.
Les 24 Heures Vélo devaient se tenir fin août sur le circuit Bugatti du Mans.
Les 24 Heures Vélo devaient se tenir fin août sur le circuit Bugatti du Mans. © Maxppp
Le 14 août dernier, à moins de quinze jours du week-end des 24H Vélo, Roger Bordeau, le président de l'association Le Mans Sarthe Vélo, apprenait l'annulation par la préfecture de l'épreuve qu'il co-organise.

Le 27 août, veille de premier match à domicile pour Le Mans FC en championnat National, le préfet valide l'accueil de 5 000 spectateurs au MMArena.

Deux poids, deux mesures pour le président Bordeau qui vient décrire une lettre ouverte au préfet de la Sarthe, Patrick Dallennes, demandant des explications.

"En tant qu’organisateurs responsables, nous avions, la société d’événementiel Claude Gasnal Organisation qui porte cette manifestation, ainsi que le club que je préside, Le Mans Sarthe Vélo (...), élaboré un dispositif sanitaire très complet, dispositif que nous avions présenté préalablement à vos services qui avaient exprimé un avis très positif sur son contenu, écrit Roger Bordeau, qui poursuit, nous étions notamment très en dessous de la jauge des 5 000, à huis clos et tous les flux de personnes à l’intérieur du circuit étaient maîtrisés."

>> 24H VÉLO SHIMANO : L’ÉDITION 2020 EST ANNULÉE SUR DÉCISION PRÉFECTORALE << Nous avons été informés ce matin que le...

Publiée par CGO Événement sur Vendredi 14 août 2020
Le président du MSV s'inquiète désormais pour l'avenir de l'épreuve, le risque financier étant essentiellement porté par la société événementielle CGO qui aura des difficultés à se relever après l'annulation d'un de ses grands événements annuels.

Roger Bordeau interprête aussi ces directives sanitaires à géométrie variable, comme un favoritisme accordé au football, au détriment du cyclisme.

" Une autre hypothèse serait peut-être que les réseaux d’influence de ce sport seraient plus efficaces que les nôtres ou encore que ses intérêts économiques soient plus déterminants, plus valorisables que ceux d’une petite entreprise mancelle de trois personnes, associée au MSV, club cycliste amateur du Mans dont les dirigeants se démènent comme ils peuvent pour exister. Car, dans ce sport, les clubs donnent plus à leur fédération de tutelle qu’ils ne reçoivent d’aide substantielle de sa part ! " 

Ces inégalités de traitement entre les différents événements du département pourraient faire réagir d'autres acteurs du sport sarthois au moment où d'autres annulations, culturelles ou sportives, sont à nouveau à l'ordre du jour sanitaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sport cyclisme cyclisme sur route polémique économie