• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Sarthe : le Samu 72 dénonce à son tour l'enquête du Point

Une opératrice du Samu 72, août 2018 / © France 3 Pays de la Loire
Une opératrice du Samu 72, août 2018 / © France 3 Pays de la Loire

"Quand le 15 ne répond pas"... c'est un article du magazine Le Point qui met le feu aux poudres en Sarthe. Cet article consacré au taux de réponse des patients qui appellent un centre d'appel d'urgence classe 22ème le Samu du Mans, 21ème celui d'Angers et ça ne plaît pas au personnel concerné.

Par Fabienne Béranger

Selon Le Point (article réservé aux abonnés), en 2016, sur 29,2 millions de coups de fil passés par des patients, 4,6 millions n'ont pas obtenu réponse d'un opérateur du Samu.

Le centre d'appel du Samu 72 reçoit 600 appels par jour, en période calme. Et jusqu'à 1 500 en cas d'épidémie. Un nombre de patients qu'il faut trier et orienter, un volume d'appels qu'a étudié Le Point. Sur la base de données émises en 2016, l'hebdomadaire a relevé que 80% des appels seulement était décrochés.
Des chiffres partiels, selon le Samu 72.

"On peut aujourd'hui dire que c'est 96% des appels qui sont reçus au centre 15 qui sont décrochés, dont 91% dans la minute", explique le Dr Florence Deciron-Debieuvre, chef du Samu 72.

Selon elle, les chiffres ont été "utilisés et détournés" pour "en faire un discours à charge contre les Samu"
Le centre d'appels du Samu 72, août 2018 / © France 3 Pays de la Loire
Le centre d'appels du Samu 72, août 2018 / © France 3 Pays de la Loire
Sur l'ensemble de ces coups de fil, à peine 5% nécessitent l'envoi d'un véhicule du Smur. C'est très peu par rapport à la surcharge grandissante des appels au 15. 
50% de l'activité des médecins du Samu relève aujourd'hui du simple conseil médical.

"On voit aussi aujourd'hui la difficulté d'accéder au médecin généraliste" poursuit le Dr Deciron-Debieuvre, "ce qui fait qu'on est aujourd'hui solliciter pour avoir un éclairage sur un traitement."

On a peut-être aussi un hyper consumérisme qui fait qu'on a besoin d'avoir une réponse immédiate à tout"

Avec la désertification médicale grandissante sur le département de la Sarthe, le nombre d'appels vers le Samu 72 a augmenté de presque 30% en quatre ans. L'an dernier, 370 000 appels ont été traités par les régulateurs du centre sarthois.

► Le reportage de notre rédaction
Sarthe : le Samu dénonce l'enquête du Point

Sur le même sujet

DOCUMENTAIRE. Mes parents, ces héros ordinaires

Les + Lus