Traitement des déchets : GDE condamnée au Mans à 1,7 million d'euros de pénalité pour escroquerie

© Maxppp
© Maxppp

La société Guy Dauphin environnement (GDE) a été condamnée vendredi en correctionnelle au Mans à une pénalité financière de 1,7 million d'euros pour une vaste escroquerie dans le traitement des déchets.

Par P.S. avec AFP

Deux des anciens dirigeants de cette société, qui se présente comme le "numéro deux du recyclage en France", ont également été condamnés. L'ancien président du directoire Bruce Monnier écope ainsi de 18 mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour complicité d'escroquerie. Alexandre Gourbin est condamné à 8 mois avec sursis et 2.000 euros d'amende mais il est relaxé d'une partie des faits reprochés.

Le troisième responsable de la société poursuivi, ancien directeur de la Région Bretagne chez GDE, a lui été totalement relaxé, alors que le parquet demandait la condamnation des trois cadres.

"Escroquerie manifeste"

"L'escroquerie est manifeste", avait jugé lors de l'audience le 20 juin le procureur Romain Liverato, après un procès de deux jours. Le préjudice total affiché par les 17 sociétés et collectivités victimes s'élève à 10,8 millions d'euros, selon le magistrat.

Le tribunal a suivi ses réquisitions concernant GDE mais il a été plus clément pour ses anciens dirigeants. La société, qui avait plaidé la relaxe, est condamnée à une amende de 700.000 euros, la décision doit être affichée deux mois à son siège social de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire. Le tribunal a également ordonné la confiscation du million d'euros saisi sur son compte au cours de l'instruction.

Surfacturation

Il est reproché à GDE d'avoir, entre 2011 et 2014, sous-évalué la quantité de déchets à traiter qu'elle achetait, et surfacturé les déchets traités qu'elle revendait. Parmi les sociétés victimes, la SNCF avait affiché un préjudice de 5,5 millions d'euros, la société Auto Châssis International (ACI, groupe Renault) au Mans 1,5 million d'euros et la Métropole de Lyon 514.000 euros.

L'entreprise familiale, dont le casier judiciaire, est loin d'être vierge, compte 1.150 salariés en France dans 64 sites, et valorise 3,5 millions de tonnes de matière par an.

Basée à Rocquancourt, près de Caen, GDE, est la filiale principale du néerlandais Ecore, détenu à 51% par Guillaume Dauphin et à 49% par le fonds HIG. Guillaume Dauphin est le fils de Claude Dauphin qui possédait GDE jusqu'à son décès en 2015 et dirigeait la multinationale Trafigura, affréteur du Probo Koala. Le cargo avait déversé en 2006 des résidus toxiques à Abidjan, provoquant selon l'ONU la mort de 15 personnes et l'intoxication de milliers d'autres. Trafigura a toujours nié sa responsabilité.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus