• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Virtus Bologne - Le Mans Sarthe Basket : en route vers l’exploit ?

Kendrick Ray a bonifié le jeu manceau depuis son arrivée
Kendrick Ray a bonifié le jeu manceau depuis son arrivée

Auteurs d’un match nul (74-74) sur leur parquet à l’aller, les Manceaux s’envolent vers Bologne avec de belles cartes en main pour ramener une qualification pour un quart de finale de Champion’s League.
 

Par Emile Leveel

En championnat, un succès probant face au leader
 


Depuis un mois de janvier compliqué, 3 défaites en un mois, l’ASVEL n’avait plus connu la défaite en Jeep Elite. Mais depuis leur voyage à Antarès dimanche soir, la série des leaders du championnat n’est plus d’actualité…

Dimanche soir, c’est un MSB solide qui a cueilli à froid une ASVEL qui revenait d’un éprouvant déplacement en Andorre. 89 points passés à l’une des meilleures défenses du championnat, et à nouveau des signes que l’arrivée de Kendrick Ray, prêté par le Maccabi Tel Aviv jusqu’en fin de saison, pouvait changer le visage de cette équipe mancelle.



Kendrick Ray, nouveau leader du scoring



Strasbourg, Bologne, puis Villeurbanne : voici les trois équipes que Kendrick Ray a affrontées depuis son arrivée en Sarthe.

Avec 19, 21 puis 18 points, à 44% de réussite au tir, il est tout simplement le meilleur marqueur de son équipe sur ces trois matchs…


Gros consommateur de ballon, il adore shooter (6 tirs à trois points tentés en moyenne, pour 2 inscrits) et pénétrer pour provoquer des fautes (5 lancers obtenus en moyenne).

Un style de jeu qui nécessite forcément une adaptation…

Il est très agressif offensivement. Mais il a une petite folie en lui qui nous fait du bien - Will Yeguete

"Ça peut booster le groupe. Il aime jouer, prend du plaisir, a de l’enthousiasme. Il va bien nous aider. Ça va prendre encore un peu de temps, mais là, on vient de sortir deux matchs solides", confirmait Will Yeguete à nos confrères de l’Equipe après la victoire face à l’ASVEL.

 

Profiter de la crise bolognaise



Ce n’est jamais très glorieux d’achever un rival déjà à terre. Mais les Manceaux ne devront pas faire preuve de mansuétude à l’heure de se présenter au PallaDoza (5500 places) du Virtus Bologne.

Le club italien traverse une zone de turbulences, alors qu’il affichait encore la semaine dernière ses ambitions pour la victoire finale en Champion’s League.

Après 11 défaites en 21 matchs de championnat, dont quatre sur les cinq derniers, le Virtus vient de se débarrasser de son coach Stefano Sacripanti, et de le remplacer par une pointure du basket européen, Sacha Djordjevic, sélectionneur de la Serbie, médaillé d’argent aux derniers Jeux Olympiques.

Difficile de dire si c’est l’agitation autour de ces changements ou le choc psychologique qu’ils peuvent provoquer qui marqueront le plus la rencontre de ce mercredi.

Mais les Manceaux auront tout à gagner à faire perdurer le doute dans la tête des Bolognais…
 

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus