Sarthe : ce département est-il vraiment en retard en matière de vaccination, pas si sûr

La Sarthe, mauvaise élève de la Région Pays de Loire en matière de taux de vaccination ? Puisqu'il faut bien un dernier, c'est effectivement ce département qui présente les chiffres les plus bas mais il est dans la moyenne nationale.
Avec 53 % de sa population vaccinée, la Sarthe est dans la moyenne nationale.
Avec 53 % de sa population vaccinée, la Sarthe est dans la moyenne nationale. © France Télévisions

La Sarthe est un des départements en France où la démographie des personnels de santé est la plus faible. Cela a forcément des conséquences sur l'activité des 15 centres de vaccination et donc le taux de vaccination, notamment lorsque ces professionnels de santé partent en congé.

"C'est un département qui se vaccine bien, tient à souligner Stephan Domingo, Directeur de la Délégation territoriale de la Sarthe à l'Agence régionale de santé Pays de la Loire. En terme de première vaccination, nous sommes à 64,4% et au niveau des deuxièmes injections, nous sommes à plus de 50 % des Sarthois couverts par un parcours vaccinal complet (53% selon la préfecture). On a des centres qui nous ont demandé de fermer parce qu'ils ont eu du mal à trouver de la relève pour les vacances. On a d'autres centres qui ont réduit leur capacité vaccinale sur la période d'août. Mais il n'y a aucun effet sur le niveau hebdomadaire de vaccination en Sarthe."

Stephan Domingo explique ce phénomène par le fait que les doses de vaccin sont réorientées vers les centres de vaccination qui restent ouverts. 

La Rotonde, troisième centre vaccinal de France

"On est dans la moyenne nationale, confirme le secrétaire général de la préfecture de la Sarthe, Eric Zabouraeff, qui veut relativiser les chiffres. "Certains départements littoraux, ou plus touristiques, dit-il, vaccinent plus par rapport à leur population parce qu'ils vaccinent également les touristes."

Une nuance qui intéressera effectivement tous ceux qui tiennent à établir un palmarès.

Proportion de la population ayant reçu une première dose :

voir notre reportage

"Le centre de vaccination du Mans est le troisième centre vaccinal de France" ajoute Eric Zabouraeff.

La Rotonde est effectivement un centre volumineux avec 80 personnes affectées et jusqu'à 2 700 vaccinations par jour. "Un modèle d'organisation" se félicite Eric Zabouraeff.

"Avec 225 000 injections réalisées au centre de vaccination de La Rotonde, la ville du Mans, précise son maire Stéphane Le Foll dans un communiqué, se place en troisième position à l’échelle nationale, après Marseille et Paris, pour les centres de vaccination gérés par les Sapeurs Pompiers. La Ville se positionne en 9e place tout mode de gestion confondu."

Faute de soignants remplaçants pendant la période des congés, le centre de vaccination de Mamers a dû réduire de moitié son activité.
Faute de soignants remplaçants pendant la période des congés, le centre de vaccination de Mamers a dû réduire de moitié son activité. © France Télévisions Charles Lemercier

Depuis le mois de mars, le centre de vaccination installé à Mamers, route du Mesle-sur-Sarthe, dispose d'une deuxième ligne de vaccination. Huit professionnels de santé s'y relayent. Avec le mois d'août, le centre a dû fermer une de ses lignes. Plus assez de soignants.

"On a réussi à maintenir les deux lignes au mois de juillet, déclare Sandrine Plessix, adjointe au maire de Mamers en charge de la santé, mais là, ça devenait compliqué donc on a préféré réduire."

Très concrètement, le nombre de personnes vaccinées va être réduit de 50 %, passant de 210 par jour à 105.

"La demande de rendez-vous a nettement diminué"

"On avait une forte demande après les annonces du gouvernement mi-juillet et là, la demande de rendez-vous a nettement diminué, parce que les habitants sont partis en vacances" tempère Sandrine Plessix.

L'élue s'attend à une remontée des demandes vers la fin août, avec les collégiens qui souhaiteront être vaccinés pour la rentrée. Certes, reconnaît-on ici, les créneaux de vaccination sont pleins mais il arrive régulièrement que des personnes ne s'y présentent pas. "Il ne faut pas hésiter à s'inscrire sur les listes d'attente" conseille l'élue de Mamers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société