Sarthe : de gros dégâts après l'orage de ce vendredi matin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Quentin avec Marc Yvard

"J'ai dit : qu'est-ce qui me tombe sur la tête !". Yves était dans son verger lorsque l'orage de grêle a éclaté.

Yves Charpentier était sur son verger à Sainte-Jamme-sur-Sarthe, au nord du Mans, lorsque le ciel s'est brusquement assombri.

"Il était 8h et demi, raconte-t-il. Ça démarre avec un peu d'eau et quelques secondes après, ça s'est noirci avec des grêlons."

Yves est allé se mettre à l'abri dans un hangar. "Ça faisait un bruit énorme, dit-il. On n'en revenait pas. Ça a duré trois quarts d'heure à peu près."

"Les courgettes, c'est mort !"

C'était la première fois qu'il voyait des grêlons aussi gros "1 centimètre et demi" a-t-il noté. En début d'après-midi, la grêle n'avait pas encore totalement fondu dans cette commune dont une habitante a dû être relogée après que sa maison ait été inondée.

Dominique Rebillard constate quant à lui les dégâts dans son potager. Fraises, échalottes, haricots ont été déchiquetés. 

"Les salades, c'est foutu, déplore-t-il. Les courgettes, c'est mort de chez mort." 

Sur une de ses petites serres dont une partie est récente, on peut voir les impacts de grêle. Une autre a eu le toit éclaté.

Pour Brian Lucas, les dégâts sont moins importants qu'il ne craignait mais la maison qu'il rénove à Saint-Jean d'Assé a tout de même des traces d'inondation. Il espère que le placoplâtre pourra sécher sans conséquences.

Dominique lui, était dans sa maison, à Sainte-Jammes-sur-Sarthe, lorsque l'orage a éclaté. Il a vu la nuit tomber sous les épais nuages. "C'était impressionnant. Y'a de l'eau qui est entrée dans la véranda. A un moment, j'ai dit : la véranda va exploser ! Après, vous n'avez plus que vos yeux pour pleurer. Mais on va s'en remettre. Y'a des choses plus graves. Mais ça fait pas plaisir, c'est des heures de travail. Mais bon, je me mets à la place des paysans qui perdent tout."

"C'est le deuxième épisode de grêle"

A Neuvy-en-Champagne justement, Dominique Defay, agriculteur céréalier, a subi lui aussi la grêle. 

"On a subi deux passages d'orages, déplore l'agriculteur qui exploite 165 hectares sur différents secteurs du département. En fonction des zones, il y a des pertes qui vont de quelques pourcents à quasiment 100 %. C'est le deuxième épisode de grêle qui passe sur le secteur. Il y en a eu un dimanche soir."

Toutes ses cultures ont été touchées, maïs, orge, tournesol. Il craint même que son fourrage ne soit impacté car il a été couché par l'eau.

Assuré, Dominique espère avoir une indemnité. Mais beaucoup d'agriculteurs ne s'assurent pas contre la grêle.

A Sainte-Jammes-sur-Sarthe, Dominique Rebillard craint que ces événements climatiques ne se multiplient à l'avenir.

"On a intérêt à changer notre manière de vivre, dit-il. Urgemment, parce que dans les années à venir, ça va être encore pire. Et on n'est pas sûr d'avoir de l'eau cet été pour arroser."

voir le reportage

Ce vendredi matin, les pompiers de la Sarthe ont effectué 130 interventions.