Sarthe : la cohabitation parfois difficile entre chasseurs et randonneurs sur les chemins

Au moment où des accidents de chasse surviennent dans plusieurs régions, le balisage d'un chemin de randonnée a été vandalisé en Sarthe à Mézeray. L'association Nature et balade déplore ces incivilités qui mettent les randonneurs en danger s'ils pénétrent dans une réserve de chasse.

 

C'est l'automne, une saison propice à la randonnée en forêt, pour y trouver des champignons, ou simplement profiter des couleurs des feuillages des arbres. Dans les deux cas profiter de l'air pur. Assurément pas pour croiser le tir d'un chasseur, comme c'est le cas à plusieurs reprises en France ces jours derniers.

Un risque réel d'accident

À Mézeray, dans la Sarthe, non loin de Malicorne, les membres de l'association Nature et balade balisent des circuits forestiers depuis une trentaine d'années. Différentes longueurs ou durées sont proposées aux randonneurs. Ces jours-ci, ils ont constaté que leur balisage avait été vandalisé. Un geste idiot qui pourrait provoquer un drame. Car chemins balisés et parcelles ouverts à la chasse ne sont jamais très éloignées. Un coup de fusil tiré dans la mauvaise direction pourrait provoquer un drame.

Jean-Claude Gravier est le président de cette association qui œuvre bénévolement à l'établissement et à l'entretien de ces balisages.

"Nos chemins pédestres sont empruntés par des VTT et des cavaliers, si le balisage n'est pas correct, dans les faits ils peuvent prendre un chemin privé et se retrouver dans une propriété privée au moment de la chasse. Il y a beaucoup de chasseurs dans la commune, on se rend bien compte que le risque est tout à fait réel".

L'association a décidé de porter plainte à la gendarmerie de Malicorne pour ces dégradations volontaires.

Une information mutuelle indispensable

Pour Henri-Jacques de Caumont la Force, le président de la Fédération départementale des chasseurs de Sarthe, il faut discuter. Il ne faut rien imposer. Il faut, s'il doit y avoir une battue organisée du fait de la prolifération des sangliers par exemple se mettre d'accord avec tous les utilisateurs de la nature. "Personne n'a le monopole de la nature, il faut vivre ensemble, vivre avec et éviter les accidents. Et chaque accident est un accident de trop. Il faut que chacun, chasseurs ou randonneurs, préviennent mutuellement pour qu'il n'y ait pas d'interférences entre la chasse et la randonnée"

Et de rappeler quelques règles de base. "Les chasseurs n'ont rien à faire sur les chemins balisés des collectivités locales en action de chasse, et doivent veiller à être extrêmement prudents. Ils doivent porter des vêtements visibles, et ne doivent pas tirer en direction des chemins et des routes, tout ce qui est d'utilisation commune sur un terrain public".

Henri-Jacques de Caumont la Force rappelle avec force ces règles de savoir chasser aux 11 000 chasseurs sarthois. Mais ailleurs ? En France, on a dénombré 136 accidents de chasse, dont 11 mortels, sur la saison 2019-2020. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse sorties et loisirs forêt nature