Vacances d'été : sable, coquillages, galets, fleurs, on ne peut pas tout ramasser sur la plage

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Calcagni .

Périodes de grandes vacances et de fortes chaleurs : tout est propice à se rendre sur les plages de notre littoral. Et ramener ensuite un petit souvenir. Attention : le code de l'environnement réglemente strictement ce qu'il est autorisé ou non de ramasser.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Vous ne pensiez pas à mal en ramenant un joli coquillage poli par l'eau de cette jolie crique découverte par hasard vers Saint-Nazaire ou une poignée de sable de cette immense étendue de plage en sud Vendée ? 

Sachez pourtant que vous vous exposez à une réglementation bien précise du code de l'environnement qui réglemente ce qui est autorisé ou non de ramasser.

C'est ce qu'explique le site internet officiel de l'administration française service-public.fr

Il s'agit d'encadrer une pratique "fragilisant les littoraux" avec des amendes pour les contrevenants.

Il est précisé dans l'article  L321-8 du Code de l'Environnement que "les extractions de matériaux (...) sont limitées ou interdites lorsqu'elles risquent de compromettre, directement ou indirectement, l'intégrité des plages, dunes littorales, falaises, marais".

Le sable... oui mais en petite quantité

L'écosystème du littoral est fragile.

En conséquence, il est interdit de ramasser du sable sur la plage.

La loi considère son prélèvement comme "une atteinte au domaine public maritime, fragilisant les littoraux" précise le site gouvernemental Service Public.

Cependant, il est possible de collecter le "sable éolien" : celui qui a été déplacé hors de la plage par le vent sur la chaussée ou les trottoirs.

Les autorités tolèrent toutefois le ramassage lorsqu'il se fait en petite quantité.

Le prélèvement "déraisonnable", parfois à but commercial, est passible d'une amende pouvant s'élever jusqu'à 1 500 €. Ce qui fait cher le souvenir.

Pour les coquillages vides, la restriction est la même que pour le sable.

Les galets, c'est non, même en petite quantité

Les galets protègent la faune et la flore de la houle et de l'érosion.

Ainsi "les amas de galets empilés sont à la mode" mais ne sont pas "sans danger pour l'écosystème du littoral."

En conséquence, là aussi, le ramassage de galets peut vous coûter une amende de 1 500 euros.

Les coquillages et les crustacés, suivant les autorisations 

Vous aimez ramasser des coquillages vivants pour les déguster ensuite ?

Cette pêche est autorisée sur les plages sauf si un arrêté municipal ou préfectoral l'interdit pour des raisons sanitaires ou écologiques.

Le mieux est donc de s'informer auprès de la mairie de la commune où se situe votre plage de villégiature.

Cueillir des fleurs de bord de mer ? jusqu'à 150 000 euros d'amende

Les littoraux marins disposent d'une flore spécifique qui ne pousse qu'en bord de mer et qui est classée comme protégée.

Couper ces plantes peut valoir 150 000 € d'amende pour "atteinte à la conservation d'espèces végétales non cultivées".

Bois flotté et verre dépoli

Il n'existe pas de réglementation officielle concernant le ramassage du bois poli par l'eau et ramené sur les plages par les vagues et les marées.

En revanche et sans aucune ironie service-public.fr notre que le prélèvement de verre dépoli lui est autorisé car "il contribue à la propreté de la plage".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité