• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Société : que deviennent nos données personnelles après la mort ?

Ce week-end, vous avez peut-être honoré la mémoire de vos proches décédés.  Des personnes qui parfois continuent à avoir une vie virtuelle sur Internet. Car avec le développement des outils numériques et des réseaux sociaux, nos données personnelles bien souvent nous survivent.

Par Claude Bouchet

Avant, tout s'achevait au cimetière, et dans les souvenirs de vos proches. Mais maintenant que les amis sont aussi virtuelles, vos doubles numériques, votre profil, poursuit sa vie, à votre insu.

Olivier Ertzscheid Professeur d'Université à La Roche sur Yon raconte : "On a eu ici, un étudiant qui est décédé.... après avoir terminé son DUT à La Roche.... il avait ses amis étudiant, moi j'étais aussi ami avec lui, sur Facebook en arrivant au travail et en ouvrant son compte Facebook... J'ai vu apparaître sa photo, qui me disait c'est son anniversaire. Sauf que ça faisait un an qu'il était décédé"

Un cimetière virtuel dont il peut être difficile de se défaire. Sur les réseaux, même décédé, vous continuez de créer du profit. "Il y a des gens qui viennent déposer des commentaires... ça génère des interactions, ce qui explique que même sur le compte d'un utilisateur mort, le modèle économique peut continuer de tourner." raconte Marie-Pierre Lhopitalier, avocate spécialisée dans le droit du numérique.

Depuis quelques années, certains ont mis en place des procédures pour fermer les profils des défunts. Mais tous les liens, ceux qui vous définissent,
sur les moteurs de recherche?

Cette avocate a récemment défendu les enfants d'une femme, autrefois condamnées, pour escroquerie. Son nom, restait inextricablement lié, à cette affaire. Mais une fois décédée, impossible d'invoquer droit à l'oubli, ou atteinte à l'honneur. Il a fallu prouver un préjudice personnel, des enfants. "Là, c'était vraiment dans leur vie d'étudiant, ils étaient montrés du doigt, on leur posait la question. Vous êtes de la même famille que Mme Machin?" raconte Marie-Pierre Lhopitalier

Sur Internet, l'ensemble de vos droits sont purement personnels, contrairement à vos comptes, ils s'éteignent avec vous. La loi informatique et libertés remonte à 1978. En attendant qu'elle évolue, Marie-Pierre Lhopitalier nous propose une solution : "La meilleure façon de faire, c'est peut-être de prévoir carrément dans son testament.... et je désigne telle personne, pour réaliser mes volontés."

Une autre solution peut-être de confier à un proche l'ensemble de vos codes. Dernier conseil, bien soigner votre e-réputation, pour qu'internet ne devienne pas le lieu des regrets éternels.

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus