Cet article date de plus de 4 ans

Vendée Globe : quelles retombées pour le sponsor d'un navigateur ?

Les navigateurs du Vendée Globe continuent d'arriver mais les sponsors font déjà leurs comptes. Maître Coq, l'allié de Jérémie Beyou depuis 2012, tire un bilan positif de ce partenariat. Rencontre, à Saint Fulgent (Vendée) avec les artisans d'une opération de communication réussie.
durée de la vidéo: 01 min 39
Quelles retombées pour un sponsor du Vendée Globe? ©France 3 Pays de la Loire
Quel est l’intérêt pour une marque de s’associer à un navigateur pour l’aventure du Vendée Globe ? Pour Maître coq, sponsor de Jérémy Beyou, arrivé troisième de l’édition 2016-2017, les retombées financières et publicitaires sont indéniables. Le volailler a empoché près de 7,5 millions d’euros depuis le début du contrat avec le skipper, en 2012.
 
De plus, le partenariat « apporte une notoriété à la marque, souligne Stéphane Sallé, le directeur général de Maître coq. Pour que nos produits aient une rotation suffisante dans les rayons, il faut que notre marque soit connue du grand consommateur. Avant le Vendée Globe 2012, la marque était connue par 57% de la population, nous sommes à près de 70% aujourd’hui ».


Un sponsoring doublé d'une campagne de communication

En 2012, le volailler s'était lancé dans l'aventure seulement dix mois seulement avant le départ des Sables-d’Olonne. Pour cette 8ème édition, le projet a muri pendant quatre ans. L'entreprise a accompagné son financement de nombreuses actions commerciales. Elle a misé, par exemple, sur des magnets à collectionner, à retrouver dans la plupart de leurs produits. La marque en a écoulé près de deux millions depuis le début de la course.

 
Il s’agit de tirer le plus possible parti des retombées commerciales du partenariat. « Au-delà de  l’investissement sponsoring du projet voile, nous avons besoin d’activer 15% de budget supplémentaire, » explique Sébastien Verdier.
 
Les recettes du sponsoring ont propulsé l'entreprise de la 5ème à la 2ème place des ventes de volailles en France. « Nos ventes ont progressé de 40% et ça représente 61 millions de produits vendus en une année ». L'entreprise envisage déjà la prochaine édition et aimerait innover en sponsorisant une navigatrice.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile économie entreprises