10 et 7 ans de prison pour deux auteurs du braquage de la bijouterie Cartier à Monaco

La police monégasque sur les lieux du braquage en mars 2017. / © SEBASTIEN NOGIER / MAXPPP
La police monégasque sur les lieux du braquage en mars 2017. / © SEBASTIEN NOGIER / MAXPPP

Le tribunal de Monaco a condamné ce lundi deux des quatre auteurs du braquage de la bijouterie Cartier en 2017 à 10 et 7 ans de prison.

Par Laurent Verdi avec AFP

Agés de 19 et 25 ans et originaires d'une cité de Vallauris, dans les Alpes-Maritimes, ils ont tous les deux reconnu leur participation au vol. Le premier, connu pour des faits de violence et usage de stupéfiants, s'était fait ouvrir la porte par le vigile de la boutique et l'avait aussitôt braqué avec une arme de poing. Le second, non armé, avait pour mission de faire le guet.
    
Deux autres malfaiteurs de cette équipée, interpellés en France, n'ont pas été extradés et seront jugés devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes. "Je ne suis pas un voyou", a assuré à l'audience Walid Bekkada, 25 ans, accusé d'avoir menacé le vigile.
 

"J'habite dans un quartier où il n'y a que de mauvaises fréquentations. Il faut partir si je veux réussir le reste de mon existence", a plaidé de son côté Sofiane Gallah, 19 ans.


"Je suis venu à Monaco pour faire ce que l'on m'avait demandé", a-t-il déclaré, sans lever le voile sur son éventuel commanditaire. "J'habite dans un quartier où il n'y a que de mauvaises fréquentations. Il faut partir si je veux réussir le reste de mon existence", a plaidé de son côté Sofiane Gallah, 19 ans.

Ce jeune homme, évoquant sa jeunesse à la Zaïne, cité sensible rebaptisée les Hauts-de-Vallauris était jugé pour avoir surveillé les abords de la boutique.

 


Un coup osé

    
Les malfaiteurs avaient profité d'un samedi après-midi très pluvieux le 25 mars 2017 pour commettre ce vol, particulièrement osé en plein coeur de la principauté.

La place du Casino, où se trouvait la bijouterie, est un condensé de boutiques de luxe, d'édifices historiques, d'immeubles de haut standing, en principe très sécurisé.
    
En sept minutes, l'équipe, pas très aguerrie, avait fait main basse sur quasiment tous les bijoux de la boutique, ne laissant que trois montres, tandis que le personnel de la boutique était conduit au sous-sol et tenu en joue, les mains sur la tête, agenouillés face contre terre.
    
En ressortant avec six millions d'euros de butin répartis dans trois sacoches, les braqueurs avaient été poursuivis par une soixantaine de policiers monégasques.

Toutes les issues de la Principauté avaient été bouclées. Un des braqueurs avait été interpellé dès sa sortie du magasin et deux autres dans la soirée après une course poursuite dans les ruelles de Monaco et une fuite ratée à bord d'une voiture volée puis incendiée. Le dernier avait été arrêté quelques jours plus tard.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus