Mort dans le coffre de sa voiture : la femme et le fils en garde à vue (La Roquebrussanne)

Ce sont ces deux membres de la famille qui avaient retrouvé le corps de Jean Aprin, 48 ans, début décembre. Selon une source judiciaire, il existait des motifs légitimes à un assassinat.

Par Linh-Lan Dao

Le corps de Jean Aprin, 48 ans, avait été retrouvé sans vie dans le coffre de sa voiture à La Roquebrussanne, le 6 décembre. 
Le véhicule était garé à l’un des domiciles de la famille, une exploitation agricole varoise.  

C’est la femme et le fils de Jean Aprin qui avaient fait la macabre découverte. Depuis dimanche en fin d'après-midi, ces deux mêmes personnes sont entendues par les enquêteurs. L’épouse et le fils, mineur, ont été placés en garde à vue à la gendarmerie de Brignoles.

Aucun élément matériel déterminant, mais de la suspicion


Pour le moment, rien ne permet de déterminer l'origine de la mort. L'autopsie, les analyses toxicologiques en cours depuis mi-décembre n'ont pas encore révélé d'indices probants. Cependant, "un faisceau de suspicion" plane depuis le début de l'enquête, d'après un proche du dossier. 

Interroger l'épouse et le fils de la victime permettrait de "confronter leurs déclarations, à la faveur d'éléments nouveaux", selon une source judiciaire.  

Des motifs légitimes à un assassinat


"L’existence de motifs légitimes à un assassinat" a ainsi motivé l’ouverture d’une information judiciaire auprès de la juge d’instruction Olivia Giron, également vice-présidente du tribunal de grande instance de Draguignan.

Les deux membres de la famille devraient être déférées aujourd’hui à l’issue de leurs garde à vue. Le procureur de Draguignan reprendra le dossier et sera à même de décider des suites judiciaires, avec une possible mise en examen.

Selon le maire de la commune, Michel Gros, le couple varois "faisait partie des vieilles familles de La Roquebrussanne" et la victime était "un homme très discret".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus