• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les allergies respiratoires de retour avec les beaux jours

Le dépistage permet de déterminer le pollen allergène et de prévoir un traitement adapté.
Le dépistage permet de déterminer le pollen allergène et de prévoir un traitement adapté.

Un Français sur quatre souffre d'allergies respiratoires, un enfant sur 7 est asthmatique. En 20 ans le nombre des allergiques a doublé en France. Le retour des beaux jours marque l'arrivée en force de nouveaux pollens allergisants.

Par Annie Vergnenegre

Le nez qui coule, les yeux qui pleurent, la gorge qui pique.. Dans le cabinet du Professeur Denis Charpin, à l'hôpital nord, les patients décrivent souvent le même gros rhume qui s'éternise. Les allergies respiratoires touchent aujourd'hui un quart de la population française et quel que soit le pollen fauteur de troubles, les signes évocateurs sont souvent les mêmes. 
A Marseille, le principal pollen en cause sévit surtout l'hiver, c'est le cyprès. Les traitements ne suffisent pas toujours à stopper complètement l'allergie mais ils améliorent considérablement la qualité de vie des patients. Le docteur Charpin a d'ailleurs lancé une étude sur le suivi des personnes allergiques dans son service afin d'étudier les effets des traitements sur la durée. 
DMCloud:63107
interview du Dr Charpin
Si les symptômes sont bénins, la rhinite allergique saisonnière communément appelée rhume des foins peut vraiment gâcher la vie des personnes allergiques. Le rhume s'accompagne souvent de signes de fatigue et de troubles du sommeil. Incommandante voire handicapante pour certains sujets fortement sensibilisés, l'allergie respiratoire peut aussi évoluer en une pathologie plus sévère comme l'asthme. Aujourd'hui, en France, un enfant sur 3 est allergique, 1 sur 7 est asthmatique.
Dès l'apparition des ces signes bien connus désormais, il est recommandé de consulter un allergologue afin de pratiquer des tests. Ils permettront d'identifier le pollen allergisant en cause et de mettre en oeuvre soit une désensibilisation, soit un traitement antihistaminique. 

A défaut de pouvoir agir efficacement sur les facteurs à risque, l'allergique doit apprendre à mieux gérer sa maladie. Sur son site, l'Association Française pour la Prévention des Allergies (AFPA) propose aux personnes sensibilisées de surveiller les niveaux d'alerte dans toute la France, de se créer des alertes polliniques spécifiques et de répertorier leurs symptômes au quotidien. Une application pour smartphone est également disponible gratuitement pour les aider à mieux gérer l'arrivée des pics allergiques.
Pour télécharger l'application, cliquez ici.  


Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus