• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

L'agression, à l'arme blanche du député UMP Bernard Reynès, condamnée par François Hollande

Les lieux de l'agression, devant le cimetière de Châteaurenard
Les lieux de l'agression, devant le cimetière de Châteaurenard

Le député-maire de Châteaurenard dans les Bouches-du Rhône, un de ses adjoints et une conseillère municipale ont été blessés à coups de couteau ce lundi lors de la commémoration du 11 novembre devant le cimetière de la commune. Le président de la République a condamné "un acte profondément odieux"

Par Marc Civallero

Ce lundi matin, Le député-maire UMP de Châteaurenard dans les Bouches-du-Rhône, un de ses adjoints et une conseillère municipale ont été blessés à coups de couteaux  lors des cérémonies du 11 Novembre. L'agresseur a été interpellé sur les lieux. Le président de la République, François Hollande, a condamné "un acte profondément odieux".

"J'étais à côté du maire quand j'ai vu une personne le frapper dans le dos à trois reprises. Il s'est effondré et on s'est mis à crier",


a raconté un des adjoints au maire, M. Marcel Martel. Selon cet adjoint, l'homme était un inconnu et avait au "moment de son arrestation un comportement qui laisse à penser qu'il s'agit d'un déséquilibré".
Toujours selon son témoignage, un conseiller municipal a vu un homme s'introduire dans le cortège, un couteau à la main. L'élu, M. Louis Bouchet, qui a alors tenté de l'arrêter a été atteint d'un coup de couteau sur le côté du corps. L'agresseur a ensuite porté des coups à une ajointe, Mme François Cestier, blessée à son tour au niveau de la hanche. L'inconnu âgé d'une trentaine d'années a ensuite frappé le maire dans le dos à trois reprises.

Au moment de l'agression, le cortège d'une centaine de personnes se rendait de la maison du combattant au cimetière de la ville à l'entrée duquel se dresse le monument aux morts.
Des traces de sang étaient encore visibles sur la chaussée, à une vingtaine de mètres de l'entrée du cimetière. Les trois blessés ont été hospitalisés à Avignon. Leur pronostic vital n'est pas engagé et le député-maire devrait quitter l'établissement dans la journée.

Le parquet de Tarascon a indiqué que "le mis en cause, né en 1981 et qui ne réside pas dans la commune de Chateaurenard", avait été placé en garde à vue sous le chef de "tentative d'homicide", soulignant qu'"une expertise de son état mental serait nécessaire". "Ses premières explications ne sont pas très claires", a précisé à le vice-procureur de Tarascon, Julien Ecuer, ajoutant qu'"à ce stade, l'acte politique était exclu". L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d'Arles.

Sur le même sujet

Live French Fuse

Les + Lus