Cet article date de plus de 7 ans

Jean Fernandez ou la nostalgie de Marseille

Quelques heures avant que son club n'affronte l'OM ce vendredi soir, l'entraîneur de Montpellier se rappelle ses bons souvenirs à Marseille. Une ville de football qui l'a marquée plus que n'importe quelle autre dans sa longue carrière. Entretien. 
L'expérimenté entraîneur Jean Fernandez (59 ans) s'apprête à retrouver Marseille avec un sentiment d'inquiétude due au laborieux début de saison de Montpellier, qu'il dirige depuis le début de saison mais aussi d'excitation en raison des souvenirs de ses passages à l'OM.

J'ai toujours un pincement au coeur quand je joue face à Marseille. J'y ai passé cinq saisons comme joueur, mais aussi j'y ai vécu de grands moments comme entraîneur"



affirme Fernandez pour son 601e match sur un banc de Ligue 1, l'entraîneur (record pour un entraîneur encore en activité).

"En 2006, lors de mon ultime passage, on avait présenté la maquette du stade Vélodrome. Mais, ma motivation est de faire un grand match avec Montpellier et de tout faire pour gagner", confesse-t-il avant le rendez-vous vendredi en match avancé de la 15e journée entre les deux clubs méditerranéens aux objectifs opposés.

Un début difficile à Montpellier

Après une expérience douloureuse à Nancy, où il a démissionné en janvier, Jean Fernandez s'est engagé cet été à Montpellier pour remplacer René Girard, qui a guidé le club au premier titre de champion de France de son histoire. Départ de joueurs, réduction du budget et nouveau cycle: Fernandez a dû composer avec de nombreuses difficultés. Le début de saison a été très compliqué avec une litanie de matchs nuls (9 nuls) et une peu flatteuse 16e place.
"Nous avons un déficit de points. Avec quatre points supplémentaires, on occuperait la 7e place et on serait épargné par les critiques. Je suis inquiet mais pas trop. L'équipe s'appuie sur une bonne défense, sur un milieu, mais souffre sur le plan offensif", poursuit-il.

Immersion dans ses souvenirs au Vélodrome

Jean Fernandez savourera néanmoins cette immersion dans le tiroir aux souvenirs du Stade Vélodrome.

A Marseille plus qu'ailleurs, j'ai eu une vie axée sur le foot. Pour le passionné que je suis, cela a été mes deux plus belles années sur un plan professionnel (91-93). J'ai tout fait. Adjoint de Goethals, d'Ivic, entraîneur numéro 1, j'ai côtoyé des joueurs extra. Et j'ai connu un personnage hors du commun: Bernard Tapie. Avec ses qualités et ses défauts"


 raconte-t-il.

Il a débuté à Cannes

Alors âgé de 36 ans, Jean Fernandez, qui s'était lancé dans le métier à Cannes quelques années plus tôt, manque d'expérience au milieu de quelques monstres sacrés comme l'entraîneur belge Raymond Goethals ou le président Tapie. "Si j'étais tombé sur un super mec autre que Raymond Goethals, il m'aurait accompagné jusqu'au bout et j'aurais pu prendre une autre dimension et faire une autre carrière. On apprend de ces expériences sur la nature des hommes, notamment dans ce milieu impitoyable", regrette-t-il. Fernandez, qui laisse entendre que le Belge ne lui a pas facilité la tache, avait succédé à Goethals sur le banc en juillet 1992 mais "Raymond-la-Science" était resté dans l'encadrement. En novembre, le rusé Goethals lui avait repris son poste.

Un dénicheur de talents

A défaut de consécration avec l'OM, Jean Fernandez s'est taillé une réputation de dénicheur de talents, comme Franck Ribéry (qu'il a coaché à Metz) ou Zinédine Zidane  coaché à Cannes), ou pour sa faculté à faire monter ses équipes en Ligue 1 (Cannes, Sochaux, Metz). Happé par le démon du midi, il reviendra à Marseille lors de la saison 2005-06, avant de prendre en main Auxerre, avec lequel il sera désigné meilleur entraîneur français en 2010. L'entraîneur montpelliérain, qui ne veut pas entendre parler de retraite, se polarise sur le temps présent et une rencontre compliquée face à l'OM : "Après leur victoire devant Sochaux, on se disait qu'il y avait quelque chose à faire. Après celle àAjaccio, et la performance du quatuor offensif, cela s'annonce beaucoup plus difficile", prévient-il.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
om ligue 1 football