• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Rousset : les anciens salariés de L Foundry s'attaquent à Atmel à New York

archive / © Claire Lacroix france 3 Provence Alpes
archive / © Claire Lacroix france 3 Provence Alpes

Les anciens salariés de LFoundry, l'usine de semi-conducteurs mise en liquidation, ont lancé une action collective (appelée aussi "class action"), contre l'ancien propriétaire de l'usine, le groupe américain Atmel. Ils dénoncent les "conditions illégales" dans lesquelles ils ont été licenciés.

Par Ghislaine Milliet

La mise en liquidation judiciaire de LFoundry n'a pas été appréciée par les anciens salariés de l'entreprise de Rousset. Ils ont décidé de mener une action collective ou "class action" contre l'ancien propriétaire de l'usine, le groupe américain Atmel. C'est ce qu'indique leur avocat à New York Fiodor Rilov.
Cette class action "porte sur la responsabilité d'Atmel à l'égard des salariés", compte tenu "des conditions illégales" dans lesquelles ils ont été licenciés, a explique Me Rilov.
La procédure vise aussi à faire annuler la cession par Atmel de l'usine à l'entreprise allemande LFoundry Gmbh en 2010.
Les salariés reprochent au géant américain d'avoir sciemment revendu le site au groupe allemand, qui était déjà en difficulté et est aujourd'hui accusé d'avoir transféré 20 millions d'euros des comptes de l'usine aixoise, afin qu'il ferme l'entreprise à moindre coût.
Le groupe allemand fait l'objet d'une information judiciaire du parquet de Paris pour abus de biens sociaux.
"Nous sommes dans l'attente de la fixation d'une première audience pour rentrer dans le vif du sujet", a précisé l'avocat, qui souligne que le mandataire liquidateur s'est associé à cette procédure en formant sa propre action en justice aux États-Unis.
L'usine de Rousset, qui employait 500 salariés à sa fermeture, a été mise en liquidation le 26 décembre avec cessation d'activité. Tous les salariés ont été licenciés à l'exception d'une quarantaine, employés par le liquidateur, pour préserver le site et éviter qu'il ne se dégrade, ceci jusqu'au 26 mars.
L'usine de Rousset, près d'Aix-en-Provence, a été placée en liquidation judiciaire le 26 décembre. Un délai de trois mois a été accordé pour le maintien du site, le temps qu'un repreneur éventuel se fasse connaître.
Par ailleurs,  une soixantaine d'ex-salariés de LFoundry ont attaqué le 7 mars devant le tribunal administratif la décision de la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprise, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi) qui avait homologué le plan de sauvegarde de l'emploi de l'entreprise.

"Ils demandent à la justice d'invalider leur licenciement"


a indiqué leur avocate, Me Emilie Lombard.
Selon l'avocate, ces salariés sont "exclus des accords de l'entreprise qui garantissaient aux anciens salariés d'Atmel de substantielles indemnités en cas de licenciement pour motif économique".
La plupart d'entre eux n'a, à ce jour, perçu qu'une partie infime des indemnités de licenciement"


Le recours a été déposé devant le Tribunal administratif de Marseille avant de saisir le Conseil de Prud'hommes d'Aix-en-Provence.
Une audience devrait avoir lieu dans les 3 mois à venir, selon le conseil.

A lire aussi

Sur le même sujet

Festival de Cannes : une fausse star fait le buzz sur la Croisette

Les + Lus