LyondellBasell : Arnaud Montebourg enjoint la direction du groupe à négocier

Après une rupture des discussions le 16 avril dernier entre les dirigeants de LyondellBasell et Sotragem, candidat à la reprise de la raffinerie de Berre-l'Etang, le ministre de l'Economie A. Montebourg propose une nouvelle table ronde avec toutes les parties.

Par Ghislaine Milliet

Arnaud Montebourg, le ministre de l'Economie, ne veut pas baisser les bras. Après la rupture unilatérale des négociations par le groupe américain LyondellBasell, le ministre enjoint la direction du groupe à reprendre le dialogue avec Sotragem, intéressé  par la reprise de la raffinerie.
Le syndicat CGT a donné lecture d'un courrier du ministre adressé à la direction Europe de LyondellBasell, dans lequel Arnaud Montebourg engage la direction du groupe LyondellBasell à reprendre les discussions rompues le 16 avril avec la société Sotragem en vue de la cession de sa raffinerie de Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône).
"Je vous engage à renouer le dialogue avec Sotragem. Je demande à mon conseiller spécial, Nicolas Milesi, de tenter une médiation en vous réunissant autour de la table au Ministère de l'Economie pour trouver une entente financière et industrielle", écrit Arnaud Montebourg.

"Vous avez délibérément choisi de détruire l'espoir de voir Sotragem mettre en place un projet de relance de la raffinerie


où ils s'engageaient à recréer 270 emplois en investissant 450 millions d'euros sur un site industriel stratégique", ajoute le ministre dans ce courrier daté du 22 avril, où il fait également part de sa "consternation" et de se sa "profonde déception de vous voir engager dans la politique du pire, où vous apparaissez vous avancer dans une solution où un site industriel va rester
à l'abandon et pollué".
L'offre de reprise de la société monégasque Sotragem a été rejetée le 16 avril par le groupe américain, estimant qu'elle ne "présente pas de conditions commerciales acceptables" et "aucune garantie pour un redémarrage effectif de la raffinerie
et une reprise viable de ses activités".
Dans un communiqué, Sotragem avait cependant annoncé le 18 avril son souhait de poursuivre les discussions, critiquant une décision "brutale" de LyondellBasell.
L'administrateur de cette société à capitaux italiens et slovaques spécialisée dans le négoce de produits pétroliers et de gaz GPL, Federico Careri, s'est déclaré mercredi "content" de cette initiative du ministre.

"Nous avons mal pris la décision de LyondellBasell de stopper les discussions unilatéralement.


Nous souhaitons recommencer à négocier, et donner au moins une chance à la discussion", a-t-il déclaré.
Le secrétaire du comité d'entreprise, Guy Desmero (CGT), s'est lui aussi félicité de "cette prise de position qui va dans le bon sens". "Nous n'avions pas eu le sentiment d'être allés au bout des choses", a-t-il ajouté.
Contactée par l'AFP, la direction de LyondellBasell, de son côté, a indiqué "ne pas souhaiter commenter et réagir publiquement à ce stade".
L'invitation du ministre intervient alors que la CGT bloque depuis mardi l'accès d'un autre site de LyondellBasell, à Fos-sur-mer, pour réclamer précisément la reprise des discussions.
La raffinerie de Berre-l'Etang a été mise "sous cocon" début 2012, prête à redémarrer en cas de reprise, et compte désormais moins de 20 salariés, les autres (350 environ) étant déjà partis dans le cadre d'un plan social. Mais les syndicats craignent que sa fermeture "mette en péril" l'ensemble du complexe pétrochimique de LyondellBasell, où travaillent 900 personnes au total.

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus