Cet article date de plus de 7 ans

Puccinelli sans difficulté

Ce lundi matin, Jean-Michel Puccinelli abordait sereinement ce second jour de la Marseillaise. Avec ses partenaires Bengi Renaud et Romain Fournié, il s'est tranquillement imposé 13 à 0, contre une équipe qui a complètement loupé sa partie.
Il n'y a pas eu de partie, ce lundi matin, entre Jean-Michel Puccinelli face à José Montoya. En cinq petites mènes, le Marseillais s'impose 13 à 0. Est-ce le trac d'affronter cet adversaire prestigieux, ou la nervosité face aux caméras de France Télévisions qui a fait perdre ses moyens à l'équipe Montoya ? Ou tout simplement la différence de niveau ? Tout cela à la fois sans doute.

Une partie à sens unique

Car la rencontre a de suite tourné à la partie à sens unique. Bengi Renaud au tir n'avait quasiment pas de travail, sauf quelques boules par ci par là, uniquement destinées à faire de la place à un Jean-Michel Puccinelli très efficace dans son rôle de milieu, et à un grand Romain Fournié, redoutable au point, et qui a démontré tout son sens tactique et son influence sur ses co-équipiers. Alors, dans ce rapport de force totalement déséquilibré, les points ont défilé : 4-0, puis 5-0, puis 8-0. Après cette mène, l'équipe Puccinelli donnait le coup de grâce avec 4 nouveaux points engrangés au terme de superbes rajouts du Marseillais et de Bengi Renaud. Dès lors, l'affaire était pliée : dans ces conditions de jeu, et menée 12 à 0, l'équipe de José Montoya s'inclinait au bout de la cinquième mène. 13-0 donc pour Jean-Michel Puccinelli, qui peut encore rêver au Vieux-Port, là même où il a déjà échoué trois fois en demi-finale.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la marseillaise à pétanque