Débarquement de Provence : les vétérans témoignent pour les jeunes générations

Ils sont venus malgré leur grand âge, affrontant un froid mistral au Mont Faron, tenant à apporter, pour le 70e anniversaire du débarquement de Provence, leur témoignage mais aussi défendre des valeurs qu'ils comptent transmettre aux nouvelles générations.

Des vétérans font le salut militaire lors du 70ème anniversaire du débarquement de Provence, le 15 août 2014
Des vétérans font le salut militaire lors du 70ème anniversaire du débarquement de Provence, le 15 août 2014 © JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP


"70 ans après la Libération, notre rôle d'anciens résistants est de passer aux générations contemporaines les valeurs qui ont inspiré le Conseil national de la Résistance", explique à l'AFP Armand Conan, un Breton de Lorient, 94 ans, invité à la cérémonie d'hommage aux soldats alliés, forces françaises libres et soldats de l'Armée d'Afrique, résistants et civils. 

M. Conan est venu avec une lettre qu'il compte remettre au président Hollande pour lancer un "cri de colère" en faveur des valeurs "de liberté mais aussi de société plus juste et équitable". 


Matricule de déporté 28353

La cérémonie de commémoration a pour lui une importance historique mais "aussi un côté politique avec un grand P", contre "la xénophobie qui gagne l'Europe et la France". Car "l'armée française comptait alors une majorité de gens venus d'Afrique" mais
"certains ont tendance à le rejeter", dit-il.
Pour transmettre cette mémoire aux jeunes générations Paul Vialatel, 94 ans également, venu en fauteuil roulant, regrette que "peu de place" soit consacrée à cette période dans les programmes d'enseignement". "Heureusement qu'il y a le concours de la résistance", poursuit-t-il.
Trois lycéens, lauréats du concours, ont lu à la tribune les témoignages d'anciens combattants. Antony Turpain, 18 ans, et Hadrien Voillot, 15 ans, ont dévoilé, devant François Hollande, la stèle inaugurée par le président en hommage aux héros du débarquement de Provence.

"Tout le monde pense que seuls les alliés ont libéré la Provence. Or toute l'armée française était réunie", remarque Hadrien. Pour ce passionné d'histoire, la commémoration "est un devoir de mémoire pour ne pas oublier. Et aujourd'hui "c'est à nous de le faire passer". 
André Monchabon, 94 ans, ne veut pas quant à lui faire de politique. Dans le civil, ce Nancéen était artiste illusionniste jusqu'à son engagement dans l'armée, comme radio. Autour de son bras, un morceau de manche de la tenue rayée bleu et blanc où est inscrit son numéro de matricule de déporté : 28353.
"J'ai gardé toute la tenue, ils nous disaient qu'elle était faite avec des cheveux de femmes et de la fibre végétale". Il est l'un des deux rescapés du camp de Mauthausen encore vivant, qui a eu la chance d'avoir la vie sauve, car il avait soigné un officier allemand.


"Ne jamais oublier"

"Ma femme de ménage, 24 ans ne connaissait rien de ces tenues, c'est pour cela que je veux témoigner". Il veut porter un seul unique message: "Ne jamais oublier ce que nous avons connu". Environ 200 vétérans français et étrangers ont participé vendredi aux cérémonies. 

Assis dans les tribunes  aménagées sur la presqu'île de Saint-Mandrier, où a lieu la parade navale, Dieng Tidiane, Sénégalais engagé dans les tireurs sénégalais de l'armée d'Afrique est très ému de revoir "les endroits" où il est passé lors du débarquement et d'avoir combattu "dans l'armée du maréchal de Lattre de Tassigny, la fameuse armée d'Afrique qui, forte de ses 250.000 Français - en majorité d'Afrique du Nord et d'Afrique noire- a joué un rôle majeur dans la libération de la France. 

Dans son discours d'hommage à ces "héros", François Hollande a exalté le souvenir des "pages glorieuses" du débarquement en dévoilant une stèle au mémorial du Mont Faron, inauguré cinquante ans plus tôt jour pour jour, par le général de Gaulle. A la tribune, comme en écho aux paroles des vétérans, le président a souligné qu'il avait tenu à présider ces cérémonies "pour parler du passé et pour éclairer l'avenir".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale