Les huissiers marseillais organisent la résistance contre la réforme des professions réglementées

Les huissiers de la région appellent à la mobilisation contre la réforme préconisée par Bercy pour faire baisser leurs prix. Le projet concerne toutes les professions réglementées. Selon les huissiers, il entraînerait de nombreuses faillites et la suppression de 9000 emplois. 

© France 3
Une centaine d'huissiers étaient réunis hier soir àMarseille, dans l'une des plus grosses études des Bouches-du-Rhône. Ils dénoncent les menaces qui planent sur leur profession. 

Le gouvernement a décidé de s'attaquer aux professions réglementées qu'il présente comme des privilégiés au même titre que les avocats, les greffiers des tribunaux de commerce, les notaires et qu'une trentaine d'autres professions. 
Les salariés marseillais réunis en assemblée générale ont décidé de riposter :

La première solution qu'on a vu, c'est déjà de descendre dans la rue. Sachant que les notaires descendent le 17 septembre, on pourrait se joindre à eux."








Lynda Ketfi, clerc d'huissier, ne comprend pas qu'on s'en prenne ainsi à sa profession :

"C'est brutal.. il n'y a pas eu de débat, on ne nous demande pas notre avis, ni notre vécu sur le terrain en tant que salariés.. on est mal vu mais on ne connaît pas notre métier."





Une catastrophe sociale et économique

Les pharmaciens, les architectes et les agents immobiliers sont eux aussi dans le collimateur. Ils sont priés de baisser leurs tarifs. Cette réforme voulue par Bercy a pour objectif de relancer le pouvoir d'achat. Dans cette étude marseillaise qui emploie une cinquantaine de clercs et qui signifie 30.000 actes par an, l'huissier envisage de licencier 22 personnes. 
Jean-Jacques Charvinat, clerc principal et délégué du personnel estime que 9000 emplois sont menacés : 

On s'attaque à des professions qui sont dites nanties, feutrées et comme elles sont éparpillées dans toute la France on se dit qu'elles ne vont pas pouvoir se fédérer, que ça va se passer tranquillement.. ou alors on a tout simplement pas pris conscience que ça allait causer une catastrophe sociale et économique. mais il faudrait se charger très très vite de le faire savoir à tout le monde."


Un autre salarié ne cache pas sa colère :

Des jeunes qui se sont tapés des Bac + 5. Ils ont fait l'ENP (Ecole de Notariat de Paris), ils ont fait le DFS (Département de Formation des Stagiaires) et on leur dit du jour au lendemain au bout de 7 ans d'études, mon gars t'as fait ça pour rien. C'est un scandale!"







Le gouvernement annonce 6 milliards d'euros d'économie mais sans compter le coût des licenciements. Une manifestation nationale conjointe avec les salariés de notaires est annoncée pour le 17 septembre.

Voir le reportage de Jean-Manuel Bertrand et Emmanuel Zini : 


durée de la vidéo: 02 min 04
Les huissiers contre la réforme





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter