Cet article date de plus de 6 ans

Un smiley pour indiquer le niveau d'hygiène d'un restaurant

Si à l'entrée du restaurant le "smiley" (pictogramme d'un visage souriant) est vert, vous pouvez aller déjeuner en toute confiance, l'établissement est conforme aux normes sanitaires. Si le visage est rouge, les normes ne sont pas respectées. La mesure doit être adoptée jeudi par le Parlement.
La couleur du smiley indiquera le niveau d'hygiène du restaurant.
La couleur du smiley indiquera le niveau d'hygiène du restaurant.
Un "smiley" vert pour dire que le restaurant est conforme aux normes sanitaires, un orange pour signaler un problème, voire un rouge qui pleure... les restaurants devront bientôt annoncer la couleur illustrant leur conformité aux normes sanitaires, ce qui ne réjouit que modérément la profession. La Direction générale de l'alimentation (DGAL) qui contrôle la sécurité des assiettes françaises, envisage d'apposer ce sigle sur les établissements pour renseigner les clients en espérant ainsi inciter à la vertu.

Déjà à New York, à Shangaï

Cette pratique existe déjà dans certains pays"


a justifié lundi le patron de la DGAL, Patrick Dehaumont, citant le Danemark, la ville de New York ou celle de Shanghai. Il souhaite lancer une expérimentation dès "le courant 2015", en commençant par une région ou un département.

Vote ce jeudi

La mesure doit être formellement adoptée lors du vote définitif de la Loi d'avenir de l'agriculture, jeudi par le Parlement, qui inscrit "le principe de la mise en transparence des résultats des contrôles" effectués par la DGAL, dans tous les établissements (industrie et restauration commerciale), a expliqué M. Dehaumont. Ce qui doit garantir que "tout citoyen doit avoir accès au résultat des contrôles".
© FRED TANNEAU / AFP

Le principe du smiley vert, orange ou rouge doit encore être affiné, notamment dans sa fréquence de révision :

On réfléchit: tous les ans? Tous les deux ans? On ne va pas laisser un établissement au vert pendant dix ans sans vérifier"


relève M. Dehaumont.

"Assainir la profession"

Il remarque cependant qu'un restaurant classé "rouge" fera de toutes façons l'objet de contrôles intenses voire d'une mesure immédiate ordonnant des travaux de mise aux normes ou la fermeture. Selon le DGAL, "les professionnels sont tous demandeurs car c'est un bon moyen d'assainir la profession", assure-t-il en insistant sur le double objectif "d'information et de pégagogie".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie santé