Opération de Greenpeace dans un supermarché marseillais

Publié le Mis à jour le

C'est leur 2ème action en quelques jours. Pour dénoncer la pêche industrielle au thon, des membres de Greenpeace Marseille sont entrés dans un supermarché à Marseille. Greenpeace veut aider le consommateur à choisir le "bon thon" et le bon fournisseur :celui qui respecte la pêche durable.

Ce samedi matin dans le Carrefour Bonneveine de Marseille, entre 10h30 et 12h, des membres de Greenpeace Marseille se sont introduits dans la grande surface. Ils visaient les boîtes de thon de la marque "Petit Navire", leader sur ce marché. En France, une grande majorité du marché du thon en boîte repose sur une méthode de pêche que Greenpeace dénonce : les dispositifs de concentration de poissons (DCP). Petit Navire, leader des ventes en France, se fournit principalement via cette méthode de pêche.

"On a étiqueté les boites de thon, on les a vidées dans un chariot et on a placardé les rayons vides qui symbolisaient la scène de crime" explique David Escalier, de Greenpeace Marseille.

"Et si demain il n'y avait plus de thons?"

Pourquoi Carrefour  ?

"Car c'est la seule enseigne qui n'a pas répondu a leur questionnaire envoyé à tous les distributeurs", précisent-ils. Un questionnaire disponible sur leur site.
Cette action a été menée ce samedi dans 20 villes de France. Dans les jours qui viennent, d'autres actions suivront précisent les membres de Greenpeace, afin d'alerter les consommateurs de cette pratique de pêche abusive. Ce samedi, le gérant de l'hypermarché concerné, a accepté que Greenpeace installe un stand d'information à l'entrée du magasin, durant une heure. Un acte qui a leur permis d'expliquer aux consommateurs curieux  que les fournisseurs de boites de thon, en Italie et en Angleterre, avaient pris des engagements sur cette problématique, alors que la France reste muette.

Petit Navire répond sur son site

Pour sa part, la société "Petit navire", sur son site internet, explique avoir fait un effort en développant "des bouées équipées de sonar, permettant de visualiser la composition des bancs de poisson sous DCP (Dispositif de Concentration des Poissons) et ainsi d’éviter de remonter les filets lorsqu’ils contiennent une trop grande part de prises accessoires ou thons juvéniles". La société rajoute que tous ses bateaux "en seront équipés d’ici fin 2016".