• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Arles : l'adieu à Lucien Clergue

Obsèques de Lucien Clergue / © Photo AFP
Obsèques de Lucien Clergue / © Photo AFP

Les obsèques du photographe Lucien Clergue ont été célébrées vendredi après-midi en la cathédrale Saint-Trophime d'Arles, en présence d'une foule nombreuse. 
Le photographe visionnaire  avait crée dans sa ville native les Rencontres internationales de la photographie.

Par Ghislaine Milliet avec AFP

Ils sont venus nombreux rendre un dernier hommage à Lucien Clergue, le photographe arlésien passionné par son art, décédé à l'âge de 80 ans samedi dernier.
Un homme "visionnaire" et "passionné", "attentif à chaque initiative", "un artiste solitaire" doté d' "une personnalité volcanique": les amis de Lucien Clergue ont dressé un portrait de l'artiste avec tendresse, humour et émotion.
Lucien Clergue posant en 2004 à l'abbaye de Montmajour, en Arles. / © Photo AFP
Lucien Clergue posant en 2004 à l'abbaye de Montmajour, en Arles. / © Photo AFP

Le photographe, autodidacte passionné, a fait des Rencontres internationales de la photographie d'Arles, créées en 1969, "un rendez-vous unique, incontournable pour les amoureux de l'image", a souligné son amie Maryse Cordesse, qui fut présidente du festival à ses débuts.

"Cette oeuvre, tu l'as faite tout seul, à la seule force de ton poignet. Notre enfance notre jeunesse ont été tristes, difficiles. Tu es resté un homme de bonté"


"Un homme simple, tu es resté un Arlésien parmi tes compatriotes", lui a rendu hommage
son ami Jean-Maurice Rouquette, qui a partagé 60 ans d'amitié" avec le photographe rendu célèbre par ses clichés de paysages de Camargue, de femmes nues et de corridas. 
Son oeuvre "solaire" racontait aussi "une longue histoire d'angoisse, de désespoir et de mort", selon JM  Rouquette, qui a rappelé avec malice que Lucien Clergue avait réservé la première présentation de son épée et de son costume d'académicien à sa ville en 2007.

"Les murs de l'Académie résonnent encore des éclats de rire ou ...des éclats de colère de notre confrère, car il y en avait aussi"


a dit le sculpteur Claude Abeille, président cette année de l'Académie des beaux-arts.
Claude Abeille était venu, avec d'autres académiciens dont le photographe Yann Arthus-Bertrand, le peintre Yves Millecamps, des personnalités du monde de la culture dont Luc et Maja Hoffmann de la fondation Van Gogh d'Arles, des responsables politiques locaux, rendre un dernier hommage à Lucien Clergue,
décédé samedi d'une longue maladie.
Le silence s'est imposé lorsque le cercueil du photographe, suivi par sa veuve, Yolande, encadrée de ses deux filles, Anne et Olivia, est entré dans la cathédrale Saint-Trophime, où ont été déposées une multitude de couronnes de fleurs blanches.
Un portrait de Lucien Clergue, lunettes et barbe blanche, esquissant un sourire, a été accroché sur l'échafaudage de la cathédrale en travaux à côté d'un paysage de Camargue datant de 1971 intitulé "Langage des sables".
Une longue file d'attente s'est formée devant les livres de condoléances sur lesquels Camille et Céline, restauratrices quadragénaires, ont remercié pour "sa grande générosité" le photographe disparu, "un homme d'un abord très facile".
"Il avait un accent délicieux, j'espère qu'il y a de nombreuses bandes-sons (pour) qu'on ait le plaisir de l'entendre", sourit Camille.

"C'est un monde qui part avec Lucien Clergue, on l'a vu démarrer avec Picasso, Cocteau, ses premiers modèles. Les gens d'ici le connaissaient"


remarque un Arlésien septuagénaire.

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus