Cet article date de plus de 6 ans

Militaires et blindés en renfort à Marseille

Les renforts militaires attendus à Marseille arriveront en partie dès ce lundi soir. 120 soldats issus de régiments de la Légion étrangère ou de chasseurs de Gap. Les légionnaires se déplaceront en véhicules blindés. 
Bernard Cazeneuve, le ministre d'Intérieur avait annoncé le déploiement de militaires en renfort des forces de police sur tout le territoire. A Marseille, dès ce soir, 120 militaires viendront prendre position dans divers endroits de la cité. 
Ils sont issus de deux régiments de Légion étrangère : le 2ème REG de St Christol, dans le Vaucluse et le 1er Régiment de Cavalerie de Carpiagne. Et du 4e Régiment de chasseurs de Gap.
Pour le préfet de police Jean-Paul Bonnetain,

Cette présence massive des forces armées à Marseille n'a pas pour objectif d'inquiéter la population mais au contraire de la rassurer. Surtout, pas de psychose".


Demain, 180 soldats rejoindront les premiers arrivés ce soir. Selon le colonel Denis Cochet, délégué militaire du département des Bouches-du-Rhône, le nombre de militaires sur Marseille pourra dépasser les 300.
Beaucoup de ces unités sont intervenues sur divers fronts à l'étranger lors d'opérations extérieures. Cette fois-ci, elles interviennent sur le territoire national en "projection intérieure", le nom donné à ce dispositif.
"Certains de ces militaires se déplaceront, d'un point à un autre, pas pour des patrouilles, dans de petits véhicules blindés de transport", ajoute le colonel Cochet. "
Ces hommes, en coordination avec la police et les gendarmes, auront notamment pour mission de surveiller 24 heures sur 24 les 59 lieux de culte et la vingtaine d'écoles juifs du département, situés dans leur très grande majorité à Marseille.

"Si la menace se déplaçait vers d'autres lieux, on adapterait le dispositif"


a assuré Jean-Paul Bonnetain, évoquant notamment le cas des mosquées dont certaines ont été dégradées depuis les attentats.
"L'enjeu n'est pas de figer le pays, c'est de lui permettre de vivre", a-t-il conclu.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité