• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Alpes de Haute-Provence : la PME “Oliviers and Co” rachetée par l'ex-patron de Virgin Mobile

Des oliviers dans un verger italien (Photo d'Illustration). / © MARIE-LAURE MESSANA / AFP
Des oliviers dans un verger italien (Photo d'Illustration). / © MARIE-LAURE MESSANA / AFP

L'ancien patron de Virgin Mobile et vice-président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a annoncé mardi avoir racheté l'entreprise d'huile d'olive haut de gamme Oliviers and Co, pour un montant non divulgué. Il s'agit d'une PME familiale basée à Mane, dans les Alpes de Haute-Provence.

Par A.R. avec AFP

L'entrepreneur, qui investit habituellement dans le secteur de la technologie, a "signé la transaction" avec la famille Baussan, propriétaire de la PME basée à Mane, dans les Alpes de Haute-Provence, et fondée en 1996 par Olivier Baussan, également fondateur du groupe de cosmétiques L'Occitane.

Son oncle Albert Baussan, décédé en novembre, "souhaitait vendre depuis un ou deux ans", a expliqué à l'AFP M. Roux de Bézieux qui cherchait "une entreprise à racheter plutôt dans le domaine grand public".

Intéressé par "la distribution et la production agroalimentaire de luxe", qui représente, selon lui, un "vrai avantage compétitif de la France pour des raisons d'image et savoir-faire", il a alors déposé une offre de rachat via sa société d'investissement Notus Technologies.

Le marché mondial de l'huile d'olive est en croissance de 5% par an, souligne l'homme d'affaires, qui prend ainsi la présidence de la société Oliviers and Co avec l'objectif d' "en faire une PME voire une ETI (entreprise de taille intermédiaire, ndlr) conquérante".

M. Roux de Bézieux dit vouloir "relancer" cette "très belle marque", "en réinvestissant sur le plan financier, celui des équipes de management, en "redéployant la marque à l'international et en la digitalisant".

Les emplois conservés, assure l'acheteur


Le nouveau patron veut "conserver les équipes", "garder le positionnement très haut de gamme" en s'appuyant sur le savoir-faire d'un spécialiste du secteur, Eric Verdier, qui "goûte plus de 1.000 huiles par an", "tous les lots qu'on reçoit" et "sélectionne les moulins".

L'entreprise, qui s'approvisionne en France, Espagne, Portugal et Italie, dispose de son propre site d'embouteillage à Mane et emploie environ 90 personnes dans le monde. La société a ouvert sa première boutique à Paris en 1998 et en compte actuellement 85 dans le monde, dont 35 en France.

Ces boutiques, pour partie en propre, pour partie en concession, réalisent environ 30 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel, dont plus de 60% en provenance de l'export.

Un déploiement tourné vers l'Asie et l'Amérique


La marque, présente dans 17 pays pour "vendre "l'image de la France, de la Provence et de la Méditerranée", vise "en priorité l'Asie et l'Amérique" dans son déploiement
à l'international. Son concept "fonctionne bien en centre-ville, dans les zones touristiques et à l'étranger", observe M. Roux de Bézieux.

"Il n'est pas impossible que je regarde d'autres sociétés d'agroalimentaires de luxe", confie-t-il, estimant qu'"il y a de la consolidation à faire dans le secteur."

Sur le même sujet

PACA : des maires en première ligne ! dans Enquêtes de Région

Les + Lus