Théopolis : la cité de Dieu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Magali Gazzano

En venant de Sisteron, quelques kilomètres avant Saint-Geniez, dans les Alpes de Haute-Provence, se trouve le spectaculaire défilé de la Pierre Ecrite. Un texte en latin gravé dans la pierre au Vème siècle, à l’initiative de Claudius Dardanus, évoque une énigmatique Théopolis, ou Cité de Dieu.
 

La  Pierre  Ecrite


La Pierre Ecrite, dans le défilé du même nom, qui conduit au plateau de Chardavon, puis aux hauteurs du Dromon, rappelle la carrière et la générosité d’un très haut fonctionnaire.
Claudius Postumus Dardanus était un homme instruit. Préfet du prétoire des Gaules en 412-413, il s’était, après une longue carrière civile, retiré avec ses proches dans ce coin reculé où il avait une propriété.
Converti au christianisme, il entreprend des relations épistolaires avec saint Jérôme et Saint Augustin qu’il admirait. Le nom de Théopolis est inspiré d’un des ouvrages de ce dernier.
On ne sait pas grand-chose de cette « Cité de Dieu », si ce n’est, en référence à la Pierre Ecrite, que Dardanus avait fait tailler la montagne pour y accéder, et construire des portes et des murailles pour la sécurité de tous.

Aucun vestige de cet établissement concernant Théopolis, n’a été découvert par les archéologues, et on n’en connait pas l’importance.


Notre-Dame de Dromon


Après le lieu-dit Chardavon, puis le village de Saint-Geniez, s’ouvre l’espace du rocher  de Dromon, et à ses pieds, Notre-Dame-de-Dromon.
D’après différentes sources, la première chapelle daterait du XIème siècle et aurait été bâtie sur des vestiges antérieurs. Abandonnée, elle aurait été restaurée en 1656, puis de nouveau plus récemment.
Un escalier descend vers une crypte 3m plus bas. Le centre d’attraction y est une « pierre de fécondité ». Tout le décorum des chapiteaux évoque la fertilité : gerbe de blé, grains de blé ou testicules de béliers, paon symbole d’immortalité…

Au XIX ème siècle des pèlerinages attirant une foule importante avaient encore lieu à Notre-Dame de Dromon. Encore de nos jours, les femmes qui ne parviennent pas à procréer viennent se positionner contre la pierre.

Dromon

Le rocher de Dromon (1285 m) est occupé par un château fort à partir du XI ème siècle. A sa destruction, le village se déplace sur son site actuel. Des vestiges du château ont été retrouvés. Il en subsiste encore une fosse de 5m sur 3m creusée dans la roche, avec quelques marches.
 
►Vaqui-Reportage : Magali Gazzano
Théopolis : la cité de Dieu

Renseignements pratiques :
Pour aller à la chapelle Notre-Dame-de-Dromon, suivre la D3, traverser Saint-Geniez, puis, 2km après, prendre la petite route sur la droite qui indique la chapelle. Se garer à côté de la ferme et suivre le chemin à pied jusqu’à la chapelle. Pour la faire ouvrir et la visiter, il est possible de contacter Mr Palomba : 04 92 34 58 95 ou la mairie de Saint-Geniez : 04 92 62 64 15 mairie-st-geniez@orange.fr