• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

L'ancienne sous-préfète de Grasse condamnée à 3 ans de prison ferme pour corruption

Dominique-Claire Testart (au centre) devant le tribunal de Nice, en novembre 2016 / © F3 Côte d'Azur
Dominique-Claire Testart (au centre) devant le tribunal de Nice, en novembre 2016 / © F3 Côte d'Azur

L'ancienne sous-préfète de Grasse Dominique-Claire Testart, accusée de s'être laissée corrompre par un ami marchand de biens, a été condamnée mardi 6 décembre à trois ans de prison ferme et à une interdiction définitive d'exercer toute fonction publique par le tribunal correctionnel de Nice.

Par POC avec AFP


Suivant les réquisitions du parquet, cette énarque de 59 ans, passée par l'industrie privée notamment à Singapour et au groupe Thales International, a aussi été condamnée à 20.000 euros d'amende.
 "C'est une peine très très lourde, totalement disproportionnée, d'autant que la relaxe a été plaidée en droit et que je pense qu'il n'y a aucune infraction commise", a commenté son avocat Me André Bezzina. "Elle va probablement faire appel", a-t-il ajouté à l'issue du délibéré.

Tous les coprévenus de la haut-fonctionnaire dont son ex-mari Jean-Jacques Mallemanche ont été condamnés à des peines allant de 4 mois à deux ans de prison, et de 20.000 à 100.000 euros d'amende. Le tribunal a estimé que l'ancienne sous-préfète s'était rendue coupable de corruption passive au vu de ses interventions zélées en 2012 pour faire activer auprès de l'administration la création d'un chemin pare-feu près d'un hôtel de luxe Le Mas d'Artigny, sur les hauteurs du célèbre village de Saint-Paul-de-Vence.

Acquis par un ami marchand de biens, cet hôtel quatre étoiles devait être remis en vente beaucoup plus cher grâce à ce chemin pare-feu qui aurait eu pour effet, en outre, d'apporter de précieux mètres carrés constructibles. Pour Mme Testart, le poste de Grasse, en mars 2011, était sa première affectation dans la préfectorale. En février 2013, elle avait été promue préfète de la Creuse, puis placée hors cadre à l'été 2013.

Le tribunal l'a relaxée des faits de corruption passive concernant un volet mineur du dossier, dans lequel elle était soupçonnée d'avoir rendu un avis favorable à l'organisation d'un triathlon en 2012 et 2013. 

REPORTAGE CORALIE BECK, JEROME SALLIER ET SEBASTIEN LEMAIRE
Condamnation Dominique-Claire Mallemanche

A lire aussi

Sur le même sujet

P. Allemand, conseiller municipal PS à Nice(06)

Les + Lus