Un 4e Triathlon International de Cannes aussi exigeant qu'ensoleillé

Avec 95 km de vélo dans l'arrière-pays de Grasse, sur des côtes ascendantes, le parcours 2017 du triathlon cannois était éprouvant. Le vainqueur, un triathlète allemand, l'a remporté en quatre heures.

Par Quentin Vasseur

Ils ont franchi la ligne d'arrivée en quatre heures, et même un chouïa moins pour les deux premiers, Sébastian Kienle (3:53:33) et Léo Bergère (3:59:36).

Dans le cas du premier, ce résultat impressionnant n'a rien de surprenant : le triathlète allemand est une machine de guerre qui multiplie les podiums, double champion du monde d'Ironman 70.3 en 2012 et 2013 et champion du monde d'Ironman en 2014.

C'était superbe, mais très exigeant


Le second, en revanche, est un véritable espoir français de 21 ans. Lancé comme les 1200 autres participants sur la Méditerranée, il a eu comme tout le monde des difficultés au vélo. 

"C'est un parcours vélo qui est très exigeant, très beau dans l'arrière-pays, confie Léo Bergère. C'était superbe, mais très exigeant avec pas mal de bosses et un bitume qui est parfois un peu rugueux (...) Ça rend la course vraiment difficile."

Reportage de Denise Delahaye, Pierre-Olivier Casabianca et Jimmy Jivigny.
Un 4e Triathlon International de Cannes aussi ambitieux qu'ensoleillé
Intervenants : Léo Bergère, Second au triathlon de Cannes 2017, Sebastien Kiele, Vainqueur du triathlon de Cannes 2017, Charlotte Morel, Seconde féminine du triathlon de Cannes 201 - Denise Delahaye, Pierre-Olivier Casabianca et Jimmy Jivigny

Au menu, 2 km à marcher, 100 km à pédaler et 16 km à courir, et un parcours qui s'éloigne de la ville côtière pour grimper jusque dans l'arrière-pays de Grasse. Pour sa quatrième édition, le jeune Cannes International Triathlon affichait un parcours à la hauteur de ses ambitions. 

Le parcours devrait toutefois être modifié à nouveau l'an prochain : les organisateurs assurent vouloir le rendre encore plus beau.

Sur le même sujet

collecte de jouets

Près de chez vous

Les + Lus