• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Cannes - Liège : la ville belge relance la bataille des pubs !

Cannes vs Liège, nouveau défi ! / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT - AFP / Liège Together
Cannes vs Liège, nouveau défi ! / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT - AFP / Liège Together

La Cité Ardente a produit une nouvelle affiche promotionnelle, où elle s'attaque cette fois à la célèbre montée des marches. 

Par France 3 Côte d'Azur

Concours de vannes, acte III ! La ville de Liège a relancé hier la sympathique guerre de communication entamée avec Cannes cet été.

Sur l'affiche réalisée par la ville belge, l'actrice Déborah François, posant devant les escaliers illuminés de Bueren. Le slogan : "la plus belle montée des marches, c'est à Liège." 


La joute de l'été


Tout avait commencé en Juillet lorsque le mouvement Liège Together, chargée de la promotion de la ville à l'international, avait fait diffuser une affiche où l'on pouvait lire : "more glamorous than Cannes"* 

David Lisnard, maire de la ville des festivals, avait partagé la publicité sur son compte Twitter, promettant une riposte. 
 

S'en était suivie une série d'affiches très paillettes, diffusée sur le compte Facebook de la ville. 
 

Une réaction qui avait été très appréciée des internautes. "La meilleure des réponses, j'adore !", pouvait-on par exemple lire sous la publication.

"Quand le marketing territorial des villes et de la Métropole se renforce par l'humour, tout le monde rit et gagne ! Merci à la Ville de Cannes et à son Maire David Lisnard pour cette réplique digne des meilleurs liégeois" avait répondu également le bourgmestre de Liège, bien conscient du coup de pub pour les deux villes. 


Point final


Cette fois pourtant, la ville de Cannes ne fera pas dans la surenchère. "On a bien ri, et nous sommes passés à autre chose" a sobrement commenté pour France3 David Lisnard. 

La cité belge aura donc eu le dernier mot de cette joute des communications, qui n'aura fait que des heureux. 

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus