VIDEO. Festival de Cannes. "Non à la guerre!" lance le réalisateur russe Kirill Serebrennikov

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars

Politique le Festival de Cannes ? Le cinéaste russe Kirill Serebrennikov a enfin pu fouler le tapis rouge cannois après des années d'assignation à résidence, lors d'une montée des marches tout en sobriété qui devrait contraster avec l'arrivée de la star hollywoodienne Tom Cruise.

Alors que ce mardi 17 mai lors de la cérémonie d'ouverture du 75e Festival de Cannes Volodymyr Zelensky était l'invité de la soirée, l'image forte que l'on retient.

Le Festival s'est donné d'emblée une tonalité politique en offrant une tribune, depuis Kiev, au président ukrainien. Ce mercredi , le cinéaste russe Kirill Serebrennikov a lui enfin pu fouler le tapis rouge cannois après des années d'assignation à résidence.

A son arrivée dans la salle, où était projeté son nouveau long-métrage "La femme de Tchaïkovski", le réalisateur a été chaudement applaudi.

Connu pour ses créations audacieuses et son soutien aux personnes LGBT+, Kirill Serebrennikov inaugure la compétition cannoise dans un film offrant un aperçu intimiste du bref et désastreux mariage du compositeur Piotr Ilitch Tchaïkovski.

Voir ce cinéaste, sélectionné à trois reprises, pour la première fois les marches est un symbole. 

Un film politique ?

"Chaque oeuvre d'art a un contenu politique", a-t-il déclaré lors de la montée des marches, se disant "ravi" d'être à Cannes.

Un signal fort contre le régime russe. "Non à la guerre!", a lancé le réalisateur russe - en rupture avec le régime - à la fin de la présentation de son film.

Outre le bannissement des délégations officielles russes, annoncé après l'invasion, la sélection officielle porte elle aussi cette année l'ombre de la guerre.

Plus tard dans le festival seront aussi montrés les films des Ukrainiens Sergei Loznitsa ou Maksim Nakonechnyi, ainsi que le dernier film du réalisateur lituanien Mantas Kvedaravicius, tué début avril en Ukraine, "Mariupolis 2".