TEMOIGNAGE. A Cannes, la voiture d'une femme réfugiée ukrainienne taguée avec la lettre "Z"

Publié le
Écrit par Camille Nowak

Les vitres et le capot de la voiture de Natalya, réfugiée venue d'Ukraine ont été tagués avec la lettre "Z", vendredi dernier à Cannes. Il s'agit du signe de l'armée russe devenu le symbole de la guerre en Ukraine. Choquée et désormais inquiète pour sa sécurité, elle nous livre son témoignage.

Il est midi vendredi 20 mai dernier, alors que le Festival de Cannes bat son plein, Natalya se rend à l'école chercher sa fille pour la pause déjeuner. Sur son trajet, elle passe devant sa voiture garée dans une rue du quartier du Palm Beach à Cannes :

"J'ai tout de suite vu que ma voiture avait été taguée. Le capot a été griffé de la lettre Z avec des clés, puis sur les fenêtres la lettre était inscrite au milieu des traces de poussière. J’étais choquée, j’ai immédiatement effacé ce que je pouvais", confie Natalya.

Une lettre interdite en Ukraine

La lettre "Z", un symbole de la Guerre en Ukraine. Cette lettre peinte sur les blindés et les hélicoptères militaires russes est aujourd'hui interdite en Ukraine. "Pour nous, Ukrainiens, cette lettre c'est un symbole fort", ajoute Natalya. 

Originaire de Kharkiv, ville aujourd'hui sous les bombes, Natalya, s'est réfugiée à Cannes depuis le 30 mars dernier.

Je suis venue ici pour mettre en sécurité ma fille. Mon mari, mon fils âgé de 21 ans et mes parents sont en Ukraine. Je suis toute seule avec elle ici. Jusqu'à présent tout se passait bien mais maintenant j'ai peur.

Natalya, réfugiée ukrainienne à Cannes

Un acte isolé 

Elle poursuit avec émotion, "je n’ai rien fait de mal ici, je ne comprends pas comment des personnes peuvent montrer autant de haine à des innocents".

Au moment où elle a découvert ces inscriptions sur la voiture, une patrouille de police passait, " je l’ai interpellée mais elle m’a dit qu’elle ne pouvait rien faire", détaille-t-elle.

Natalya s'interroge aujourd'hui sur le ou les auteurs de cet acte, "j'ai vraiment été très bien accueillie en France, je ne pense pas que ce soit l'acte de quelqu'un qui réside dans le quartier". 

Dimitri, lui aussi réfugié ukrainien à Cannes et ami de Natalya dénonce cet acte isolé, "nous, la communauté ukrainienne on ne comprends vraiment pas comment quelqu'un a pu faire ça". 

La guerre en Ukraine, en toile de fond du festival de Cannes 

La guerre en Ukraine s'est invitée à plusieurs reprises de cette 75e édition du festival de Cannes. Dès l'ouverture, une tribune a été offerte au président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Et puis, ce soir-là d'ailleurs, le 17 mai dernier, le film du réalisateur français Michel Hazanavicius, "Coupez", était diffusé. Un film dont le nom avait été changé quelques semaines auparavant. Il devait initialement s'intituler "Z". 

Enfin, une activiste féministe s'est invitée sur le tapis rouge samedi 20 mai dernier pour dénoncer les violences sexuelles faites aux femmes ukrainiennes depuis le début du conflit avec la Russie.

Natalya a prévu de porter plainte, elle espère que les caméras installée au coin de la rue où sa voiture a été taguée pourront permettre d'identifier le ou les auteurs de cet acte.