• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Les députés LREM des Alpes-Maritimes s'expriment après les propos d'Emmanuel Macron sur l'affaire Benalla

Les trois députés LREM des Alpes-Maritimes répondent aux attaques sur l'affaire Benalla. / © AFP/Alain Joncard - Franz Chavaroche/MAXPPP - Christophe Morin/MAXPPP
Les trois députés LREM des Alpes-Maritimes répondent aux attaques sur l'affaire Benalla. / © AFP/Alain Joncard - Franz Chavaroche/MAXPPP - Christophe Morin/MAXPPP

Au lendemain de la déclaration d'Emmanuel Macron sur l'affaire Benalla, les trois députés LREM des Alpes-Maritimes s'expriment pour la première fois conjointement. Ils dénoncent une vérité "instrumentalisée" par l'opposition et soulignent le "courage" du président de la République.

Par Rédaction Web

C'est la première fois qu'ils s'expriment conjointement sur l'affaire Benalla.

Les députés LREM des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval, Cédric Roussel et Alexandra Valetta-Ardisson ont souhaité "rétablir la vérité" sur ce dossier qui, selon leurs termes, serait "instrumentalisé" par l'opposition. 

 

Surpris par la tribune des élus LR


Le 23 juillet dernier, une soixantaine d'élus Les Républicains des Alpes-Maritimes avaient co-signé une tribune appelant le président de la République à "s'expliquer sur les raisons qui l'ont conduit à protéger Alexandre Benalla". 
 

Une initiative accueillie "avec stupéfaction" par les trois députés LREM des Alpes-Maritimes, qui se justifient.
 

Les évènements survenus le 1er mai dernier sont choquants et inacceptables, c’est pourquoi le directeur de cabinet du Président de la République a pris une décision dès le lendemain : Monsieur Benalla a été mis à pied pour quinze jours, avec suspension de salaire.

À la demande des députés de la majorité, en 24 heures, la commission des lois de l’Assemblée nationale s’est transformée en commission d’enquête parlementaire. C’est la première fois qu’une commission se réunit si rapidement. Deux autres enquêtes sont également en cours afin de rétablir la vérité. (...)

Concernant des fausses informations qui ont été véhiculées par l’opposition, Monsieur Benalla n’a jamais été en charge de la réorganisation des services de sécurité de la Présidence de la République. Il a été associé au chantier, mené sous l’autorité des chefs du GSPR (Groupement de Sécurité du Président de la République) et du commandement militaire. (...)

En revanche, Monsieur Benalla était effectivement habilité « secret défense », ce qui est le propre de tous les collaborateurs de l’Élysée qui ont accès à l’agenda du Président.
 

Soutiens d'Emmanuel Macron


Les trois élus concluent en saluant le geste d'Emmanuel Macron, qui s'est exprimé mardi soir devant sa majorité parlementaire. Le chef de l'Etat a reconnu sa responsabilité dans l'affaire Benalla et s'est dit "trahi" par son ancien collaborateur. 

"Le président de la République ne se défausse aucument de ses obligations. En s'exprimant hier soir, il a ainsi assumé avec courage et détermination ses responsabilités."

Pour les députés azuréens de la majorité, il est important à présent de laisser travailler la justice.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Philippe Vardon (RN) explique pourquoi il veut être le prochain maire de Nice

Les + Lus