"Nous devons monter au créneau" : Antibes, Cannes et Grasse demandent elles aussi des renforts de police

Publié le Mis à jour le
Écrit par Manon Hamiot

Les communes de l'ouest des Alpes-Maritimes demandent plus de moyens pour la police nationale et veulent être logées à la même enseigne que Nice. 
 

Le Premier ministre Jean Castex venu à Nice fin juillet a annoncé plusieurs mesures, dont l'arrivée de 60 policiers nationaux en renfort dans la ville. 

Ces annonces font suite aux fusillades qui se sont produites cet été au quartier des Moulins à l'ouest de Nice.

" Les commissariats d'Antibes, Cannes, Grasse, au même titre que Nice souffrent d'un manque d'effectifs structurel"

Dans une lettre ouverte adressée au ministre de l'Intérieur, les maires du pôle métropolitain Cap Azur s'étonnent "que ces renforts ne s'intègrent pas dans une réflexion englobant l'ensemble des problématiques de sécurité liées au départements des Alpes-Maritimes" ecrivent-ils. 

Lettre envoyée au ministre de l'Intérieur


Co-signée par David Lisnard, président de Cap Azur et de la Communauté d'agglomération Cannes Pays de Lérins, Charles-Ange Ginesy, président de la Communauté de communes Alpes Azur et du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Jean Leonetti, président de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis ainsi que Jérôme Viaud, président de la Commauté d'agglomération du Pays de Grasse, la lettre demande l'équité sur les mesures annoncées.

Une prime équitable 

Jean Castex a aussi annoncé une mesure qui doit permettre de lutter contre la vie chère. Les policiers en poste depuis plus de 2 ans vont toucher 200 euros par an ; elle devrait être de 800 euros par an pour les affectations supérieures à 5 ans.

"Par ailleurs, une prime de fidélisation de 200€ annuels pour les policiers nationaux en poste depuis plus de deux ans a été présentée pour les policiers niçois afin de lutter contre la vie chère. Celle-ci étant tout aussi vraie dans les bassins antibois, cannois et grassois, nous vous saurions gré de nous préciser si les policiers affectés chez nous en bénéficierront également" demandent les élus de l'ouest du département. 
 
Interview de Jérôme Viaud, maire de Grasse ce lundi 10 août
 

 

Je pense qu'il est aberrant de penser qu'il y a une différence de vie (nldr: coût de la vie) entre Cannes, Antibes, Nice ou Grasse. (..) Soit on fait une décision qui est homogène sur le territoire, soit on créer des déséquilibres. C'est aussi pour cela que l'on demande que les fonctionnaires de police aient une équité de traitement sur les Alpes-Maritimes.

Jérôme Viaud, maire de Grasse.

"Une incohérence" de Grasse à Menton

Du côté des syndicats, une pointe l'injustice pour l'Ouest, mais aussi pour le territoire de Menton. 
 

J'ai eu l'occasion de discuter avec l'ensemble de nos collègues de Grasse à Menton qui effectivement trouvent qu'il y a une incohérence, voir même une petite injustice parce que c'est très difficile pour eux de se dire qu'eux ne sont pas logés à la même enseigne alors, qu'ils effectuent des missions tout autant difficiles.

Laurent Martin de Frémont, Représentant départemental du syndicat SGP Police FO

Le syndicat de police Unité SGP FO demande à ce que l'ensemble des villes du département des Alpes-Maritimes soient reclassées en zone difficile. 
C'est déjà le cas dans de grandes villes de France comme Paris, Lyon ou encore Marseille.