Opération antiterroriste franco-suisse: huit suspects mis en examen dont 7 écroués

Cinq individus ont été appréhendés entre 6 et 7 heures mardi à Menton. / © France 3 Côte d'Azur
Cinq individus ont été appréhendés entre 6 et 7 heures mardi à Menton. / © France 3 Côte d'Azur

Huit suspects, dont cinq Mentonnais, arrêtés mardi à l'occasion d'un vaste coup de filet mené dans le cadre des enquêtes antiterroristes en France et en Suisse, ont été mis en examen. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle.

Par Annie Vergnenegre

Les suspects projetaient un attentat en France, selon les enquêteurs, même si leur cible n'était pas encore précisément déterminée. Les huit hommes, dont cinq Mentonnais, arrêtés mardi dans le cadre des enquêtes antiterroristes menées en France et en Suisse, ont été mis en examen du chef d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle. 

Sept suspects écroués


Sept d'entre eux placés en détention provisoire. Le huitième mis en examen a été placé sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Au total, dix personnes, âgées de 18 à 65 ans, avaient été arrêtées mardi lors d'une opération antiterroriste franco-suisse, dont neuf en France. L'une d'elles a été remise en liberté. La dixième, une Colombienne de 23 ans interpellée en Suisse, a été placée en détention provisoire pour trois mois, à la demande du ministère public du pays.

Il s'agissait "d'un groupe d'individus qui correspondent sur des réseaux sécurisés (...) et qui tenaient des propos extrêmement violents", a indiqué vendredi sur franceinfo le procureur de Paris, François Molins, évoquant "un passage à l'acte dans les mois (à venir) en France avec des cibles, par contre, qui étaient plutôt indéterminées".

Partisans de EI


Selon une source judiciaire, certains se disent "explicitement partisans" de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI). D'après les premiers éléments de l'enquête, aucune arme n'a été retrouvée au cours
des perquisitions en France, dans le Sud-Est et en région parisienne, mais du matériel informatique a été saisi.

Depuis le début de l'année 2017, deux attentats ont été commis en France, le 20 avril sur les Champs-Élysées à Paris et le 1er octobre à la gare Saint-Charles à Marseille (sud-est). Ils ont fait trois morts.
La France vit sous une constante menace terroriste, avec une vague d'attentats jihadistes qui ont fait 241 morts depuis 2015.

A lire aussi

Sur le même sujet

Journée de mobilisation à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne