13 chats retrouvés morts empoisonnés dans un quartier de Nice, une plainte déposée

L'association SDA a été alerté ce mardi 20 mars par des riverains des rues Maréchal Bernadotte et Désirée Clary qui venaient de découvrir les corps d'une dizaine de chats errants. / © SDA
L'association SDA a été alerté ce mardi 20 mars par des riverains des rues Maréchal Bernadotte et Désirée Clary qui venaient de découvrir les corps d'une dizaine de chats errants. / © SDA

Pour l'heure, ils sont au nombre de 13. Mais les défenseurs des animaux, craignent d'en trouver d'autres.  13 chats ont été retrouvés morts, probablement empoisonnés, quartier Pasteur à Nice. La Société de défense des animaux niçoise a porté plainte. 

Par @annelehars

Pour Patrick Villardry, président de la SDA - La Société de défense des animaux de Nice, la situation est simple :"quartier Pasteur à Nice, quelqu'un empoisonne les chats sauvages. Une main anonyme."

Pour l'heure, ils sont au nombre de 13. / © SDA
Pour l'heure, ils sont au nombre de 13. / © SDA

L'association a été alerté ce mardi 20 mars par des riverains des rues Maréchal Bernadotte et Désirée Clary qui venaient de découvrir les corps d'une dizaine de chats errants. Une hécatombe : 13 félins gisaient, tous morts. 

Selon Patrick Villardry, "il y a quelqu'un dans ce secteur qui est coutumier du fait, car ce n'est pas la première fois que l'on trouve ainsi des cadavres". Résultat, il a porté plainte et demandé à la ville de procéder au nettoyage des rues " il faut éviter que des enfants puissent les toucher notamment à cause des produits utilisés". La mairie va aussi prend en charge l'autopsie d'un cadavre à Lyon afin de connaître les raisons de leur mort et l'équarrissage.

Mais les défenseurs des animaux, craignent d'en trouver d'autres. / © SDA
Mais les défenseurs des animaux, craignent d'en trouver d'autres. / © SDA

L'affaire a suscité l'émoi dans le quartier, car ces chats étaient régulièrement nourris par les gardiens d'immeuble et habitants qui leur avaient même trouvé des prénoms : Filou, Mistigri, Cheyenne ou encore Kenzi.

La SDA a lancé une campagne d'affichage dans les rues pour redire que : "la maltraitance des animaux est punissable suivant l'article 521-1, toute personne commettant un acte de cruauté ou de maltraitance sur un animal d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 euros."

Filou, Mistigri, Cheyenne ou encore Kenzi... / © SDA
Filou, Mistigri, Cheyenne ou encore Kenzi... / © SDA

Sur le même sujet

Un nouveau lieu de culte musulman va être construit à Nice

Les + Lus